5 postes à truite de début de saison en rivières de montagne

fario

Il semble très difficile de décrire schématiquement dans un article succinct les principaux postes qu'occupent les truites le jour de l'ouverture et durant les semaines suivantes, tant leur tenue dépend étroitement du type de cours d'eau considéré (parfois même de la rivière considérée) et des conditions de pêche du moment. Toutefois, si l'on restreint le cadre aux rivières de montagne, il est possible de définir 5 postes régulièrement porteurs (selon nos statistiques en tout cas !), lorsque les conditions hydrologiques sont "normales" pour un mois de Mars, à savoir des eaux froides (moins 7/8 degrés), basses et claires. 

Image
Poste a truite
Texte

Les angles de pierre :

Ils désignent les zones calmes au ras des blocs creux en marge des veines puissantes.Ces postes offrent des caches intéressantes aux truites. En début de saison, l'eau froide augmente leur temps de digestion et limite donc la durée de leurs phases alimentaires. Au cours de la journée, elles se trouvent souvent bien à l'abri, cachées dans leur refuge. Un poisson au repos dans sa cache peut adopter plusieurs types de comportements face à un stimulus, qu'il est difficile de prévoir en début de pêche (les 2 extrêmes étant "totalement non-stimulable" et "réceptif à la moindre opportunité qui se présente"). Ainsi, la prospection des caches type angles de pierre est indispensable car une part non négligeable des truites capturables s'y trouve. Ici plus qu'ailleurs, la précision est de mise afin de faire tomber le montage dans le noir de la cache au premier coup de ligne, cela garantit un "effet surprise" souvent décisif et permet à la ligne de rester le maximum de temps possible dans l'eau morte, avant d'être balayée dans le courant proche qui ne vaut souvent rien à ce moment de l'année. Très souvent, seuls les angles de pierre situés sur les bordures sont porteurs (en pré-fonte des neiges, les truites sont assez focalisées sur les bordures), alors que les postes aux caractéristiques similaires mais situés au milieu du cours d'eau sont moins réguliers.

Image
poste à truite
Légende
Cache + veine porteuse = la quintessence du poste à truite
Texte

Les berges encombrées :

Les veines porteuses qui viennent flirter avec les bordures dont la végétation forme des caches constituent d'excellents postes en toutes saisons, mais en particulier en mars, pour la raison suivante : les truites, engourdies et paresseuses à cette époque, n'ont pas besoin de quitter leur refuge pour s'alimenter. Ainsi, ces endroits sont à la fois des postes d'alimentation et de repos, c'est pourquoi ce sont les plus régulièrement occupés, surtout si la berge est inaccessible. Pour être favorables en mars, leur courant ne doit toutefois pas être trop violent. Evidemment, ces postes sont très classiques et ils attirent l'attention des pêcheurs, même les néophytes les repèrent. Ainsi, en mars (lorsque la fréquentation des berges est importante), on privilégiera ceux qui nécessitent des lancers lointains et précis pour être prospectés efficacement, cela limitera le nombre de "bons passages" de la part de vos confrères.

Image
pêche fario
Texte

Les radiers maigres  :

Lors des phases alimentaires qui surviennent généralement en milieu de journée, les truites recherchent des zones nourricières confortables. Très souvent, les "belles veines d'eau de profondeur moyenne qui tirent bien", si agréables à prospecter en dérives (et excellent poste post-fonte des neiges) demeurent vides. Elles sont désertées au profit des radiers maigres qui se trouvent en marge (mais à proximité immédiate !). Ainsi, plutôt que d'arriver hâtivement sur le banc de sable à l'eau ralentie pour lancer sa ligne dans la veine centrale, il est bon de prendre le temps de peigner ce mou où l'on met généralement les pieds. Ce sont des postes de profondeur faible (moins de 30 cm) dont l'écoulement est assez lent et laminaire (non moutonné). Les meilleurs radiers par eaux froides sont ceux exposés au soleil, à proximité immédiate d'un poste profond (de telle sorte que les truites aient peu de distance à parcourir pour venir y chasser). Attention, un long secteur uniforme composé uniquement de radiers ne vaut généralement pas grand chose en début de saison, la présence de caches dans les parages est le critère à rechercher. Par eaux froides, les truites aiment se tenir sous une faible lame d'eau au soleil. Gare à ne pas piétiner ces minces filets d'eau pour tenter le joli coup qui nous fait de l'oeil au milieu de la rivière, il est rarement occupé à cette saison !

Image
poste à truite
Légende
La zone de radier lente à droite, en marge de la veine centrale à gauche : un poste à truites actives !
Image
truite
Légende
En début de saison, les truites aiment se prélasser au soleil
Image
March Brown
Texte

Les plages à March Brown :

La March Brown est un éphémère très important du début de saison qui fait bouger les truites de façon notable lorsqu'il se met à éclore, en milieu de journée, généralement entre 12 et 14h. Il est bon de connaître la topographie des postes où apparaissent ces insectes, que l'on pêche à la mouche ou à toute autre technique (les truites les plus énervées par cette manne de nourriture soudaine peuvent se montrer opportunistes). Voici la description que nous en fait Christian Guimonnet dans son article consacré aux March Brown (ici) : "Le poste type où éclot notre Rhithrogena est souvent une plage au courant vif dont l'amont du courant principal est bordé de gros rochers, de préférence anguleux. Et, paramètre très important il me semble : la profondeur d'eau de la zone concernée doit être supérieure à la moyenne haute de la rivière que l'on observe. Il est intéressant d'observer que les postes à March Brown coïncident avec ceux où vivent les truites dont la taille est aussi dans la moyenne haute du même cours d'eau." 

Texte

Les fosses :

Dans les rivières de montagne, le courant est souvent rapide et la profondeur faible en raison de la pente importante. Au-delà des classiques ralentissements dus à l'hétérogénéité du substrat caillouteux, les endroits qui font "cuvette" produisent également des zones molles et profondes plus vastes, qui se révèlent intéressantes en mars. Les meilleures sont celles entourées de longs secteurs rapides et tumultueux car elles ont tendance à concentrer les poissons. Selon la longueur du poste et sa profondeur, elles peuvent se révéler assez fastidieuse à prospecter (surtout lorsque la largeur de la rivière dépasse la quinzaine de mètres). Toutefois, adopter une prospection intensive et fouiner minutieusement ces coups peut se révéler porteur en mars, même si cela se révèle assez chronophage. A cette saison, les poissons se situent généralement au niveau de la marche en tête de poste (où l'on passe du gris des cailloux au bleu du profond) lorsqu'ils sont actifs, ou au plus profond de la zone (juste avant que le fond ne remonte) lorsqu'ils ne s'alimentent pas ; c'est la profondeur qui fait office de cache dans ce cas.

Image
pêche fario
Texte

Articles "début de saison" associés :

Le choix du parcours selon la météo : ici

Image
pêche grosse truite