Cous de coq et hackles : le bon choix de plumes

plume de coq

Me revoilà donc à parler plumes.... de hackles de coq plus précisément. En effet, si le terme de "hackle" désigne au sens global un peu n'importe quelle plume capable de s'enrouler autour d'un hameçon, je me consacrerai ici qu'au matériau noble par excellence : la plume de cou de coq (accessoirement de poule!) et à rien d'autre.

Texte

Le choix des matériaux dans le domaine du fly-tying est devenu exponentiel ces vingt dernières années et les hackles de coqs, disparus des étals, sont souvent passés au second plan et sont assez méconnus des "nouveaux monteurs" finalement. ...Autant donc les remettre un petit peu en avant dans les limites de mes connaissances certes, mais avec beaucoup de sentimentalisme. Je sais parfaitement, que l'on monte de très bonnes mouches avec du poil de lièvre, de cervidés ou de plumes de cul de canard et ces matériaux sont plus faciles à trouver et sont surtout beaucoup moins chers que les bons hackles.

Alors autant prévenir tout le monde, cet article est avant tout subjectif et n'a pas pour but de démontrer la supériorité d'un matériau par rapport à un autre. Je vais juste donner mon avis sur mon matériau de montage favori, l'exposé comportera donc des parti-pris et ne peut ni être parfait ni exhaustif.

Pour étayer le sujet et s'y retrouver un tant soit peu au moment du choix de la plume, je vais arbitrairement déterminer 4 grandes catégories d'approvisionnement:

Image
coqs indiens
Légende
Divers indiens
Texte

Les cous de coqs "indiens" :

Ils étaient ma matière première lorsque j'ai commencé à monter mes propres mouches au début des 80's, on ne trouvait que ça dans les magasins avec quelques bobines de soie (Gossamer!) ainsi que quelques références d'hameçons (Mustad!). Les maisons Ragot et Vesuna notamment, proposaient une diversité et ma foi une qualité globale bien difficile à retrouver aujourd'hui...avec des prix accessibles.

Leurs hackles ont la fâcheuse réputation d'être un peu trop larges, au fibres molles et trop longues. C'est souvent vrai, et il est difficile de faire des enroulements corrects sur les modèles inférieurs à 16. En revanche pour ceux qui comme moi affectionnent le montage des mouches à ailes, ils deviennent vite indispensables, les pointes des hackles de ces cous sont le meilleur matériau qui soit à cet égard. De plus, la grande diversité de tons (théoriquement!) disponibles grâce aux essais de teintures offre un large éventail de possibilités. Ils sont également très intéressants dans le cadre d'une "association minorée" si la qualité globale de la plume le permet. J'aborderai cet usage une peu plus loin.

Pour revenir aux ailes, on aura à coeur de choisir plutôt parmi les hackles unis et dont l'extrémité est légèrement arrondie. Pour les ailes, les hackles trop raides ne sont pas les meilleurs et peuvent être une source de vrillage.

On se méfiera aussi de tous les hackles (teints ou non) qui sont de la catégorie "badger" (centre sombre et bordures claires), la pointe de ce type d'hackle est la plupart du temps trop effilé pour figurer les ailes. Mille fois hélas (!!!) les hackles miel naturels connaissent souvent la même problématique

Image
cous indiens
Légende
Quelques cous indiens
Image
cou genetique
Texte

Les cous de coqs "génétiques" :

Si on les a surtout découvert chez nous par la marque "Metz", la puissance de production et de distribution de "Whiting farms" a peu à peu étouffé la concurrence dans le marché fermé des cous de coqs américains. Néanmoins les marques "Keough", "Darbie", "Collins"et autres "Chantecleer" hélas encore moins bien distribués sont eux aussi dignes d'attention.

A tord ou à raison, ces cous de coqs sont considérés comme étant le haut de gamme de ce que l'on peut trouver dans le commerce. Tous les hackles "génétiques" tendent vers le standard fantasmé du monteur de mouches de tous les continents et de toutes les latitudes: des hackles fins, très longs (Whiting dépasse tous les records dans le genre!!), aux fibres courtes et impeccablement calibrées. La marque Metz semble légèrement décliner qualitativement. Beaucoup de cous possèdent des plumes dont la tige centrale est trop rigide ce qui nuit au bon enroulement du hackle et rend désagréable le montage. C'est surtout vrai pour les couleurs roux, dun et honey. Les grizzly de chez Metz semblent encore résister à cette tare. Rien n'est systématique et d'excellents cous Metz sont sur le marché, il faut juste faire attention à ces petits détails qui peuvent gâcher un investissement. Actuellement Whiting Farms tient le haut du pavé, leurs cous sont imposants, dans une gamme de couleur assez large, et leurs hackles ne possèdent pas de défauts récurrents de structure.

La stupéfiante longueur de leurs hackles peut indirectement poser problème car on aura tous tendance à trop fournir nos imitations si on ne se surveille pas lors du montage. La conséquence positive réside dans le fait que l'on peut faire toute une série de mouches avec la même plume. Avantage conséquent pour les gros monteurs et les professionnels.

Notons que la gamme "Hebert Miner" de la marque Whiting Farms propose des cous exclusivement naturels et aux teintes traditionnelles. J'apprécie beaucoup cette gamme qui est un peu plus à taille humaine si je puis dire. Fut un temps ou on pouvait tomber sur des cous "Chantecleer"... j'ai une grande admiration pour cette marque. Les hackles Chantecleer sont beaucoup moins longs que ceux des autres cous génétiques, mais ils compensent par des coloris sublimes et une absolue délicatesse au montage. Niveau subtilité, c'était les seuls hackles de cette catégorie à pouvoir s'approcher de nos hackles de coqs de pêche.

Malheureusement je ne sais pas ou trouver des cous Chantecleer aujourd'hui et je reste preneur de toute information à ce sujet (...à bon entendeur!?) L'achat d'un cou génétique est certes un investissement mais cela est relatif, leur taille et par conséquent le très grand nombre de hackles qu'il contient ramène la plume à un prix très compétitif. Ce sont des cous très polyvalents pour les montages classiques. Attention, dans presque tous les cas, on ne montera pas d'ailes avec la pointe de ces hackles là, bien trop fines, elle n'amèneront pas le volume souhaité.

Image
cou coq de pêche
Légende
Le moment du tri !
Texte

Les hackles de coqs de pêche :

Tous ceux qui me connaissent le savent, voici un sujet qui me tient à coeur! J'ai un amour immodéré pour ces coqs et leurs hackles et j'ai bien souvent cassé ma tire-lire pour acquérir quelques pochettes supplémentaires sous le regard complice des mes éleveurs favoris (tu revois la scène Jean-François???).

Si on peut en rencontrer un peu partout, c'est dans les terroirs du limousin et des confins de la Corrèze que les coqs qui produisent ces fameuses plumes s'épanouissent le mieux. Bien que la plupart des éleveurs (tous plus ou moins amateurs) possèdent des coqs roux, noirs ou chinchillas, lorsque l'on parle de plumes de coqs de pêche on sous entend les "coqs gris"!!! ...Et dés lors,"gris" ne signifie plus grand chose tant la diversité des nuances est infinie et chaque bon coq unique par ses nuances, sa texture et son format de plume.

Contrairement aux hackles de coqs génétiques, ceux de coq de pêche ne sont pas très polyvalents...bon, soit! ...Ces propos n'engagent que moi, nous sommes bien d'accord ! C'est la grande spécificité de ces hackles qui fait que chaque plume doit être analysée et parfaitement comprise par le monteur afin de la destiner à un montage précis et également spécifique.

En utilisant ce type de hackle, on part de la plume pour aller vers la mouche pour laquelle elle est vraiment utile, c'est donc une autre façon d'aborder le montage... Souvent il faudra les retailler un petit peu, car les fibres de ces hackles sont généralement un peu longues surtout pour les petits modèles et cela demande un peu de métier afin de ne pas faire n'importe quoi. Outre le vaste choix de nuances de gris, c'est dans la capacité à restituer, transmettre, retenir, diffuser ou capter la lumière que ces hackles sont uniques et indispensables...autant d'options verbales pour parler de "brillance". Mais plus que de brillance, c'est de translucidité qu 'il faudrait plutôt parler car si la plupart des hackles "brillent", les hackles vraiment exceptionnels (et donc rares!) ont ce je-ne-sais-quoi de "translucide", cette capacité à retenir la lumière...observation très subjective qui s'opère en observant la mouche à contre jour. Difficile à expliquer. Avec un enroulement minimum ils demeurent le matériau optimal pour l'élaboration d'un imago vraiment crédible, particulièrement les grands imagos (mouches de courant), les plus belles mouches à mes yeux.

Image
Jean François Laval
Légende
Un cou de coq corrézien "Du Coq à la Rivière"
Texte

Au moment du choix, essayons si on le peut d'évaluer la couleur à la lumière naturelle, les lumières artificielles sont particulièrement traîtres. De façon générale, il me semble impératif de considérer les qualités mécaniques de la plume bien avant la couleur. En premier lieu, je suis très attentif à la souplesse de la tige centrale et à la rectitude des fibres. Le choix de la couleur vient ensuite, selon la fantaisie du moment et les opportunités. La grande tendance chez les éleveurs ces derniers temps, c'est de vouloir obtenir des hackles longs ...et donc trop fins! Cela me semble être une volonté indirectement liée au principe de l'offre et de la demande... les acheteurs potentiels recherchent ça dans 80% des cas. Personnellement, si je cherche de tels hackles je me dirige chez Whiting Farms car chez les coqs de pêche, j'apprécie les hackles courts, rustiques aux fibres raides et déliées.

Soyons particulièrement circonspects face aux gris trop clairs ou trop foncés, s'il y en a bien sur d'excellents, ils peuvent aussi plus facilement décevoir en situation. Attention aux gris-dorés très prononcés, il arrive souvent que ce soient des hackles très secs et cassants....et à la flottabilité discutable. Le gris-doré est une teinte fabuleuse mais il faut bien s'assurer des propriétés mécaniques de cet hackle avant l'achat, mais si toutes les qualités sont au rendez-vous, le gris-doré c'est jackpot! Les gris bleutés-cendrés sont rares, n'hésitons pas à payer le prix fort si on tombe sur une belle plumée, cet hackle est fantastique.

Si ces hackles de coqs de pêche sont donc à déconseiller aux débutants, les monteurs qui savent à peu près ce qu'ils font y trouveront une sorte de Graal.

Image
poules
Légende
De gauche à droite : poule gris moyen Metz /dark blue dun (teint Whiting)/gris clair Metz
Texte

Les hackles de poule :

On cherchera dans les hackles de poules les propriétés inverses aux hackles de coq de pêche c'est à dire des plumes aux fibres molles et ternes. Pour rappel et pour faire simple : pour restituer la légèreté des "spinners"(imagos) et l'immatérielle transparence de leurs ailes il faut des plumes "dures" (plume de coq de qualité)... et pour simuler l'opacité des ailes et renforcer les couleurs pastels des "duns" (subimagos), on s'orientera plutôt sur de la plume molle dépourvue de cristallinité (hackle de poule). Théorème un peu simpliste mais qui survit bien à l'épreuve du temps.

J'utilise presqu'exclusivement les hackles de poule (hen hackles) pour le montage précis des subimagos de baetidés car ils dégagent l'impression d'opacité que je recherche et qui est donc le matériau le mieux requis dans les couleurs gris naturel. A privilégier pour le montage "exact" des subimagos de baetis.

Image
cou poules
Texte

On peut aussi imaginer le même procédé de montage pour les "Bwo", mais il faudra alors recourir à la teinture pour obtenir le ton juste, l'idéal serait un "Dark Blue Dun" aux reflets violines. On réservera les plumes les plus claires (crème et gris clair) au montages subtils des "Pale Watery" (petits baetidaes clairs estivaux).

Metz propose d'excellents cous de poule ("Hen dun"), Whiting Farms aussi ("Hen dark blue dun"), mais sont assez peu distribués dans le commerce traditionnel ce qui est bien dommage. Dans des tons plus chauds (roux etc...) ces hackles sont assez intéressants pour certains montages spécifiques de sedges. A noter que le montage d'origine de la célèbre "Adams" intègre deux pointes de hackle de poule grizzly pour figurer les ailes. Les pointes de hackles de poule sont aussi très bien pour les ailes des petits duns, les américains ne s'en privent pas, nous serions bien inspirés de les imiter sur ce point.

Image
pale watery
Légende
Pale Watery dun
Image
metz
Légende
En bleu : les plumes du centre, en rouge : les spadle hackles
Texte

Structure de hackle et format :

Après avoir éliminé les cous (ou pochettes de hackles) suspects, à savoir tout ce qui est soit trop brulé par la teinture ou le soleil, ceux à moitié grignoté par les mites ou autres parasites etc... on pourra alors s'intéresser à "tout" le reste au cas par cas. Nous verrons qu'il n'y a pas vraiment de mauvais hackles mais plutôt des plumes qui répondent à des principes de montage nécessitant des qualités distinctes et souvent même opposées. Sur un même cou, nous trouverons des hackles aux formes et donc aux propriétés différentes.

Les plumes situées au centre du cou sont plus longues et plus fines et constituent le "standard commercial". Ils sont conformes pour les mouches aux enroulements classiques du genre de celles que l'on trouve dans les catalogues. Parfaits pour les montages en palmer, parachutes, sedges, duns etc...

Plus on s'éloigne latéralement du centre du cou, plus les hackles sont courts et leurs fibres un peu plus longues. Ces hackles bénéficient d'une plus grande raideur et sont aussi plus lumineux et seront donc à privilégier pour les montages éthérés style "spinner". A l'extrémité latérale se cachent quelques plumes plus larges, plus courtes et surtout très raides, elles correspondent (imaginez le coq de son vivant) aux plumes situées de part et d'autre de la gorge du coq.

Chez les bons sujets, les fibres de ces "hackles de gorge" (Spadle Hackles) sont parfaitement rectilignes et donc idéals pour les cerques. Une fois parés et retaillés, ce sont aussi des hackles de choix pour des mouches de courant (imagos d'ecdyos, d'epeorus etc...) particulièrement dépouillées...pour un usage particulier.

Image
Spadle Hackles
Légende
Spadle Hackles
Texte

Tous les hackles ont l'envers plus terne et mat que l'endroit quel que soit le style de plume. Plus la différence est grande entre la face externe et interne du hackle moins bon est le hackle.

Texte

Catégories de plumes & couleurs :

Parlons un peu couleurs. Les nuances naturelles sont légions...si on rajoute donc toutes les possibilités de teintures, le nuancier serait infini et la lecture de cet article déjà bien long en deviendrait vite fastidieux. Voici donc quelques considérations à propos des hackles que j'utilise le plus fréquement.

Image
teint
Légende
De gauche à droite : Yellow/Sulfur/Olive/Grey olive/Blue dun
Texte

A/ Hackles teints

1- Jaune (Yellow) : hackle de couleur jaune, plus ou moins foncé, la variante "sulfur"(jauneblanchâtre) est la plus intéressante mais difficile à obtenir.

2- Olive /Golden Olive : comme son nom l'indique un olive-doré assez interessant en association avec un autre hackle.... pour l'Olive Upright par exemple.

3- Grey Olive : hackle entre gris et verdâtre (salpêtre), intéressant pour certains montages d'olives de printemps, pour les ailes notament.

4- Blue Dun: gris standart tirant sur le bleuté.

Image
teint2
Légende
De gauche à droite : Medium grey/Iron blue dun/Black/Pink/Blae
Texte

5- Iron Blue: gris foncé tirant sur le bleu acier.

6- Medium Grey : gris standart tirant sur l'argenté.

7- Black : noir, souvent meilleur teint que naturel.

8- Pink : toutes la gamme des roses, du plus pâle au plus vif.

9- Blae : violine plus ou moins soutenu, capte très bien la lumière, hackle très important.

Image
naturels
Légende
De gauche à droite : Grey brown/Roux/Mahogany/Light brown/Light blue dun
Texte

B/ Hackles naturels unis (Hors gris)

10- Blanc (White) : les hackles blancs sont surtout destinés à la teinture, leur pointes sont intéressantes pour faire des ailes très visibles pour le coup du soir.

11- Crême (Cream) : idem 10. En hackle de poule tres intéressant pour certaines version de pale watery dun.

12- Gingembre (Ginger) : de couleur paille jusqu'à biscuit style "petit Beurre", cette couleur n'est pas très fixée et difficile à décrire. Hackle de tout premier ordre.

13- Sable (Sandy Dun) : entre crème et gris pâle mat, très bien pour la représentation de beaucoup de petits modèles d'éphémères.

14- Bleu pâle (Light Blue Dun) : c'est un gris cendré très pale qui tire nettement sur le bleu, ce sont les coqs "Bantam de Pékin" qui nous fournissent ces hackles très intéressants.

Image
naturels2
Légende
De gauche à droite : Blanc/Sandy dun/Ginger/Miel
Texte

15- Miel (Honey) : couleur miel dans toutes ses nuances et ....translucide! Indispensable!

16- Roux Clair (Light brown) : difficile à se procurer dans une bonne qualité, c'est le meilleur des "roux" pour moi.

17- Roux Moyen (Red) : facile à trouver, je trouve souvent cette couleur trop franche et donc un peu restrictive.

18- Acajou (Mahogany) : hackle marron-roux très foncé aux reflets violets...assez rare.

19- Noir (Black) : hackle commun mais souvent terne dans sa version naturelle, les hackles noirs naturels qui ont une bonne tenue sont l'exception. Indispensable pour la Bibio marci ainsi que pour beaucoup de mouches noyées... entre autres!

20- Brun-Gris (Brown Grey) : entre le brun et le gris, la gamme Hebert Miner de Whiting Farms propose beaucoup ce coloris (Brown Grey Dun). Convient assez bien pour notre March Brown dans sa version la plus foncée.

Image
striés
Légende
De gauche à droite : Chinchila gris/Barred dun/Grizzly/Barred ginger/Cree
Texte

C/ Hackles Striès

21- Grizzly : hackle blanc barré transversalement de noir à part égale. Spécialité américaine, très utile. Très visible et polyvalent il est idéal pour les mouches d'ensemble. Les marques américaines le déclinent dans toutes les teintures possibles et imaginables.

22- Chinchila Gris : hackle grisâtre plus ou moins barré de brun foncé ou noir. J'utilise beaucoup ce petit hackle pour les chironomes. Les pointes des grands hackles vont sur mes March Brown pour faire les ailes.

23- Barred Dun : hackle crême barré de gris... il existe d'autres variantes : barred ginger, barred brown, etc...jolis mais ne me semblent pas indispensables.

24- Cree : le hackle le plus prisé aux USA, très rare (pour ne pas dire introuvable!) et hors de prix lorsque bon, il s'agit d'un hackle barré de trois couleurs : crème, roux et noir.

Image
grey duster
Légende
Grey duster
Image
badger
Légende
De gauche à droite : Badger/Honey dun/Golden badger/Furnace/Cock-y-bondhu
Texte

D/ Hackles Badgers :

25- Badger : hackle crême au centre noir, indispensable pour une de mes mouches d'ensemble favorites : la Grey Duster! Il faut veiller à ce que le centre noir soit bien marqué.

26- Honey Dun : hackle miel au centre gris...interessant mais difficile à trouver dans une qualité correcte.Même constat pour sa variante le "Rusty Dun" (roux au centre gris).

27- Golden Badger : hackle brun-gris au centre noir, plus nuancé que le badger traditionnel mais plus rare.

28- Furnace : hackle roux au centre noir, très intéressant, beaucoup plus nuancé qu'un roux classique.

29- Cock-y-Bondhu : hackle au centre roux et aux bordures et pointe noir, c'est un classique un peu tombé en désuétude.

Image
spinner
Légende
Pale Watery spinner
Texte

E/ Hackles gris naturels (Coqs de pêche)

30- Crystal : hackle gris très clair mais sans teinte marquée, une fois tourné sur l'hameçon les fibres ressemblent à du verre. C'est l'hackle le plus translucide, extrêmement rare, idéal pour les petits imagos et certains montages de fourmis. On peut retrouver ces hackles chez certains coqs espagnols de type "Indios"... N'a pas de prix!!!

31- Gris Clair/ Perle/ Moyen/ Foncé/ Souris/ Cendré/ Mielés/ Rouillé / Doré/ Tabac / Acier/ Mordoré/ etc... Les nuances de gris des hackles de coqs de pêche sont trop nombreuses pour être décrites de façon objectives. Toutes ont leur usage et spécificités. Ils sont des trésors d'inspiration.

Texte

Associations classiques et associations minorées :

Pour obtenir des nuances plus complexes, ou pour donner plus de visibilité à nos artificielles, il est fréquent de mélanger deux hackles pour certains montages, voire même trois comme pour la French Tricolore de notre Henri Bresson nationnal. On peut les croiser ou les juxtaposer selon les caractéristiques que l'on souhaite obtenir. Voici quelques associations classiques :

  •  Roux/ Gris
  •  Roux/ Grizzly ( ex: Adams)
  • Roux/ Miel
  • Olive/ Blue Dun
  • Blue Dun / Roux/ Gris Foncé (ex: French Tricolore)
  • Barred Ginger/ Grizzly (... quand on n'a pas de Cree!!)

Ce sont des associations les plus répandues, mais bien sur, chacun peut imaginer les siennes en fonction de ses besoins, de ce qu'il possède et selon ses propres observations, rien n'est figé.

Image
adams
Légende
Deux exemples d'associations classiques : une Adams à gauche et une french tricolore à droite
Texte

Pour aller un peu plus dans la subtilité, on peut user d'une association "minorée", c'est à dire que l'on va toujours utiliser deux plumes, mais en proportions différentes. On introduit le second hackle en le choisissant plus petit que le hackle de base, et on ne le tourne que très peu, un tour et demi maximum... un tour suffit dans la plupart des cas. L'idée, c'est de donner juste la touche de couleur nécéssaire à l'harmonie de l'ensemble. J'aime beaucoup l'emploi de hackles rosâtres ou Blae afin d'essayer de reproduire l'effet de réfraction que l'on retrouve dans les ailes des éphémères lorsque l'on les observe sous certains angles. C'est surtout pour ce genre de montage que les hackles teints sont importants. Même les hackles de coqs indiens peuvent faire l'affaire si ils sont de bonne tenue.

 

Image
association
Texte

Grace à la multitude de couleurs, de formats, de texture et de taille de ces plumes, le panel des combinaisons est infini et permet à tout monteur passionné et curieux de couvrir tout le spectre des couleurs et style de mouches, des plus simples aux plus élaborées. Sans avoir cherché à convaincre quiconque de l'impérieuse nécessité de posséder toute cette montagne de plumes, j'espère avoir entrouvert la porte vers de nouvelles voies d'inspiration pour les monteurs curieux aux âmes d'artistes.

Marryat Tactical Pro

A propos de l'auteur

A 47 ans, Christian fait partie de ce que l'on pourrait appeler les "pêcheurs-naturalistes ". A une époque où le culte du nombre et de la taille des…