Road trip Canadien en Alberta

pêche Alberta

Finissant nos contrats respectifs à la même période, nous avions ma copine et moi un mois de libre en septembre 2017. Après plusieurs destinations envisagées, c’est finalement l’Ouest Canadien qui a remporté la mise ! Malgré les circonstances du voyage (en couple …), j’étais bien décidé à embarquer les cannes pour taquiner les salmonidés emblématiques des Rocheuses : Cutthroat, Rainbow, et Bull trout !

Texte

Organisation pré-voyage :


Avant de parler de pêche et de rentrer dans le compte rendu du voyage à proprement parler, j’avais envie de vous faire un petit topo sur notre organisation et les astuces trouvées en amont du voyage.  Ça pourrait rassurer ou faire gagner du temps à certains !

Dès lors que la destination a été actée, nous nous sommes mis à la recherche d’une voiture de location, de bons plans, d’endroits où dormir et des idées de road trip. Dans cette prospection, un site internet a facilité nos recherches et nos démarches : Authentik Canada.
En plus de proposer différentes gammes de voitures de location, il vous explique les procédures administratives et les choses à savoir pour un voyage au Canada. Il vous propose un grand nombre d’itinéraires en fonction du type de logement voulu, des activités souhaitées et du temps disponible. Bref, c’est un site bien pratique, qui vous offre un tas d’astuces et de conseils pour planifier votre voyage !

Image
pêche Alberta
Texte

Pour les logements, afin de diminuer le prix du séjour et pour rester dans le délire du road trip, nous avons opté pour des nuits en camping. Petite chose à savoir, le camping sauvage comme on l’entend en France (gratuit) est autorisé et très pratiqué par les locaux en dehors des parcs. Mais dès lors qu’on entre dans un parc provincial ou national, le camping sauvage est interdit et confiné dans de nombreux campements payants (mais abordables) et gérés par le parc. Si vous êtes dans la même optique que nous, c’est vraiment facile de trouver des campings dans l’Ouest du Canada, en voici la preuve ici.

Suivant vos envies, il y a du camping d’arrière-pays et du camping standard. Durant le voyage, on a régulièrement utilisé des campements rustiques (sans douche, ni électricité). Le prix de l’emplacement est vraiment accessible : 20-25$ la nuit (15€ environ). Surtout quand on sait que certains de ces campements sont au bord de vos potentiels secteurs de pêche, ce n’est pas cher payé !

Image
Pêche Alberta
Texte

Justement en parlant de secteurs de pêche, j’ai ciblé mes recherches sur des secteurs pêchables en wading et proches de notre trajet et/ou d’un camping. Dans cette démarche, j’ai sollicité 2 excellents amis Québécois : Mario Viboux et Sabrina Barnes (merci à vous les amis !).
Sabrina a notamment travaillé 2 saisons chez « Iron Bow fly shop » à Calgary, donc elle connait plutôt bien le secteur ! Elle m’a orienté sur des secteurs précis de rivières et m’a préconisé les mouches à utiliser suivant la saison. Elle se lance en tant que monitrice de pêche à la mouche au Canada, donc n’hésitez à aller faire un tour sur sa page (ici) ou sur son site (ici). 
Ces précisions m'ont rassuré mais honnêtement, dans ce secteur de l’Alberta, il n'y a que l’embarras du choix : Oldmann river, Crowsnest river, Elbow river, Bow river, Sheep river, Highwood river, Saint Mary river etc... Pour vous donner une petite idée, vous n’avez qu’à jeter un œil en google street view, sur un pont qui passe au-dessus de l’une de ces rivières :

Image
Pêche Alberta
Texte

Concernant le matériel, j’ai pêché tout le séjour avec une polyvalente 9' #6. Ça m’a permis de pêcher en sèche, en nymphe et au streamer avec la même canne ! Grâce à ça, j’ai aussi pu économiser de la place dans les valises, ce qui n’est pas négligeable en road trip. Mais si je devais y retourner plus spécifiquement pour la pêche, je prendrais en supplément quelques gros streamers, du gros tippet et une canne #8 pour la Bulltrout !

Bon, si on en revient à la truite, ne vous prenez pas la tête. En plus de vos mouches habituelles qui marchent aussi bien là-bas, il vous faudra quelques gros modèles de sèches (plécoptères et sauterelles) et de nymphes. Ça fait tout drôle de monter des sèches sur du 8 ou 6, mais il faut bien ça ! Pour les plus pointilleux, voici deux sites qui récapitulent les éclosions par saison et par type de rivière :  Bow River Canada  et Armanglers

Votre itinéraire de vol vous fera surement atterrir à Calgary, si c’est le cas, je vous conseille de passer voir le « Iron Bow Fly Shop » avant de partir bille en tête sur les rivières. Ils pourront vous donner de précieux conseils de dernières minutes, sur les éclosions du moment et les mouches à utiliser en ces circonstances.

Image
Pêche Alberta
Texte

Arrivée sur le territoire Canadien  

Finie l’organisation, on rentre petit à petit dans le concret ! Notre voyage a débuté le 1er septembre, avec un vol Paris-Vancouver puis Vancouver-Calgary. Une fois arrivés dans la capitale de l’Alberta, nous avons pu récupérer notre voiture de loc’ et bénéficier grâce à une erreur de leur part, d’un surclassement. On est passés d’une gamme standard 5 places… à un Van ! Le voyage commence bien ! Un peu plus tard dans le séjour (quand la température des nuits passera dans le négatif), on était bien contents de pouvoir remplacer la tente par le Van… 

Notre trip peut enfin commencer !

Une fois toute cette logistique réglée, on peut enfin prendre la route en fin d’après-midi. Cap vers les collines, les prairies et les rivières à Cutthroat du Sud-Ouest de l’Alberta. Grâce à nos recherches et à la carte des campings mentionnée plus haut, on a repéré plusieurs points de chute. Après 2h de route vers le Sud, on quitte la route principale pour s’enfoncer sur des pistes forestières. C’est véritablement sur ces pistes, avec un petit Seasick Steve aux enceintes du van, que le terme « road trip » commence à prendre du sens ! 

Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Texte

N’ayant aucune idée du temps réel qu’il nous reste jusqu’au camping, on prie pour trouver l’endroit avant la nuit et surtout qu’il y reste une place pour nous, car sinon la première nuit sera dans la voiture... Finalement en arrivant sur place, on a la surprise de rencontrer un camping en « self-registration » avec quelques places non occupées. Dans ce type camping rustique, il suffit de trouver un emplacement libre et d’indiquer sur un papier, à son entrée, nos dates de séjour. Le règlement se fait en laissant le montant du séjour, dans une boite aux lettres ! Cette liberté et cette honnêteté de procédé bousculent nos habitudes de bons français. Mais on s’y fait, je vous assure ! Une fois notre campement installé, pour la première fois du séjour on peut enfin savourer une bière locale, à la nuit tombée, au bord de la rivière qui coule à 50m de notre emplacement …

Image
pêche Alberta
Texte

Malgré cette petite frayeur du premier jour, on s’est finalement rendu compte au cours du voyage que la réservation du camping à l’avance n’était quasiment pas nécessaire au mois de Septembre. Ce qui allait faciliter notre liberté de progression suivant les envies du moment et la météo rencontrée.

Première rencontre avec les Cutties


Dès le lever du soleil, le décalage horaire mais surtout l’excitation de découvrir la rivière me font tomber du duvet ! Au passage avec cette première nuit, on s’est rendu compte que les températures descendaient très bas… Donc même en septembre, ne pas lésiner sur le duvet ! 

Déjà la veille, malgré la faible luminosité, ça sentait bon mais alors là avec la lumière du matin, j’en prends plein les yeux :

Image
pêche Alberta
Texte

Je prends quelques infos auprès d’un local, visiblement la rivière est plutôt bien fournie en insectes !

Image
Pêche Alberta
Texte

Et avec ça, je suis optimiste pour la suite !

Une fois mon petit tour fini, madame réveillée, le pti’ dej’ englouti et le campement rangé, on décide de trouver un petit secteur tranquille pour se balader mais surtout pour tenter de pêcher nom de diouuu !

On reprend alors la piste forestière, en voiture depuis notre campement, en longeant la rivière. Aoutch ! C’est une rivière aux eaux cristallines coulant dans d’immenses prairies bordées de collines : on est pas loin du décor idyllique que j’imaginais...

Image
Pêche Alberta
Texte

Après quelques kilomètres, on se trouve enfin une zone où la rivière semble plus accessible. On gare le van, on s’équipe, et on commence à descendre. Après quelques minutes, on croise un jeune couple de pêcheurs. Je lance la discussion, mais leur visage déconfit me ramène à mon anglais « frileux ». Ils sont bien aimables et font l’effort de se mettre à mon niveau. J’arrive finalement à comprendre qu’ils ont pris des poissons, et quand je vois avec quoi, je relativise sur la taille de mes mouches et la finesse de mon bas de ligne… Une énorme nymphe de plécoptère sur H6 et un mini bulle d’eau comme indicateur, ornent leur bas de ligne … ! 

En les remerciant, on continue notre descente pour enfin trouver un secteur propice, vide de pêcheur et vu le courant qui arrive dans cette fosse, je suis rempli d’espoir :

Image
Pêche Alberta
Texte

Je me positionne en queue de pool et je réalise quelques premiers lancers un peu fébrilement. Après quelques minutes et plusieurs passages en sèche infructueux, je décide de passer en nymphe avec une pheasant tail casquée cuivre : retour aux bases, histoire de débloquer le compteur. Quelques minutes après c’est chose faite, je tiens ma première cuttie du séjour au bout de la ligne !  Yeeeaah !! Pas bien grosse mais alors quelle robe … 

Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Texte

Une de ces sœurs subira le même sort quelques minutes plus tard. Mais cette fois-ci au moment de me remettre en place, mon regard est attiré par une activité en surface ! Oh p***** le premier gobage de la session est apparu en plein milieu du courant ! Et attendant quelques instants, un second ! Quel plaisir de voir monter du fond ces poissons, dans une eau aussi cristalline. Avec un peu de patience et d’observation, il me semble bien voir quelques petites éphémères dériver à la surface. Donc en toute logique, il y a des chances qu’elles soient dessus ! Après avoir troqué ma nymphe pour une bonne vielle oreille de lièvre dépouillée, je tente une première dérive, puis une deuxième, une troisième et BOUM ! Pendu ! Toujours dans la même gamme de taille pour l’instant, mais en sèche cette fois ci ! 

Image
pêche Alberta
Image
pêche Alberta
Texte

Je laisse passer quelques minutes, afin que le pool regagne son calme. Je profite du soleil canadien de début septembre. On est en plein cagnard par 30°, et avec une logique de pêcheur breton lambda tout porte à croire qu’on ne se situe pas vraiment dans le meilleur créneau ... Et pourtant ! Vu les bruits de crécelles qui s’activent dans les prairies aux alentours, il y a quelque chose à tenter : je sors l’artillerie lourde, une « GrassHopper foam » en H8 !! Sabrina m’avait dit que les journées chaudes et ensoleillées de fin d’été étaient propices à faire monter des grosses cutthroats sur des imitations de sauterelles.

Théorie vérifiée en 2min 32s environ … !! Wooww ! Le v'là le rêve canadien !! Quel pied de voir après l’impact bruyant de la mouche sur l’eau, une ombre monter du fond pour engloutir ta sèche grosse comme un caneton ! L’action de pêche est juste dingue mais en plus, c’est super efficace !! J’avais l’impression d’attirer les truites rien qu’au bruit de la mouche tapant l’eau, c’était flagrant. Et pour réaliser ce « poc » particulier d’un insecte frappant la surface, le modèle en foam est le plus adapté (merci au pote Yves Vincent venu me filer un coup de main pour le montage pré voyage !).

Image
Pêche Alberta
Texte

Les prises se sont ensuite enchainées tout l’après-midi, avec des poissons aux robes parfaites, toutes plus belles les unes que les autres …

Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Texte

Au final, cette sauterelle m’a permis de faire les plus belles cutthroats de la session et même de mon séjour en faisant plusieurs poissons entre 35 et 50cm pour la plus belle ci-dessous en photo. Un vrai obus !
 

Image
Pêche Alberta
Texte

Cette après-midi fantastique finira en apothéose, par la trouvaille d’un camping pour la nuit, au bord de la Oldman river.

Feux de forêt : 

Rebelote, là encore ce matin, je suis levé aux aurores, impatient de découvrir la rivière qui coule à 50m de mon oreiller, canne à la main !

Le milieu est un peu différent de celui de la veille : la rivière coule ici entre de gros blocs rocheux avec de part et d’autre une forêt de résineux. L’eau y est par contre toujours aussi claire.
A l’instar du pêcheur, les poissons ne sont pas matinaux. Mais après 1h de pêche, je finis par faire 2 truites, dont un poisson aux couleurs magnifiques grâce au fameux Wolly Bugger si cher à mes amis Québécois :

Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Texte

Après notre brunch qui va devenir une institution tout au long du road trip, on se lance dans une petite randonnée photo le long de la rivière. On ne sera pas déçus ! Sur un sentier qui surplombe une jolie fosse, on assiste, aux premières loges, à un sacré festin. Plusieurs poissons sont attablés en surface. Ces images de Cutthroat montant du fond pour percer la surface, dans une eau cristalline, feront partie des souvenirs marquants du séjour...

Image
Pêche Alberta
Texte

Après avoir déclenché environ 1200 fois pour avoir la bonne photo et par la même occasion saturé ma carte sd, je n’avais qu’une hâte : regagner mes waders ! Malheureusement cet espoir fut de courte durée. Sur le chemin du retour on est interpellé par un pick-up des services du parc, il est chargé de faire évacuer toute la zone à cause des feux de forêts menaçants plus au sud. Les waders secs mais la carte sd remplie, un changement de programme s’impose, à contre cœur. La limite du périmètre de protection se situe 200km vers le Nord, ce qui nous oblige plus tôt que prévue, à quitter la zone et nous rapprocher des Rocheuses via des routes et des paysages de dingues !

Image
Pêche Alberta
Texte

Heureusement pour moi (malheureusement pour Caro), j’avais cherché les rivières situées sur notre trajet en direction des Rocheuses. Grâce à ça j’avais noté la Highwood river, sans pour autant connaitre son gabarit et son potentiel. Je ne serai pas déçu ! 200km plus au nord, la proximité des Rocheuses se fait sentir, on change totalement de morphologie de cours d’eau. Le lit de la rivière est beaucoup plus large avec de la granulométrie bien plus grossière. Les nombreux bras de cette rivière en tresse, les galets roulés et les énormes embâcles témoignent des forces hydrauliques en place sur ces rivières.

Image
Pêche Alberta
Texte

On change donc totalement de contexte par rapport à la sortie de la veille, mais vu les panneaux d’informations au bord de l'eau et les pêcheurs que l'on croise, à n’en pas douter cette rivière aussi, est habitée ! J’ai la permission de Madame pour un créneau de 2/3h, donc on va essayer de l’utiliser à bon escient. Fort des expériences de la veille, je remets ma fidèle sauterelle pour débuter. Après une première petite arc-en-ciel, qui me permet de « conforter mon onze de départ », j’insiste sur une magnifique veine d’eau, propice pour abriter la grande sœur.

Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Texte

Caro me parle au même moment donc je tourne un peu la tête, et comme par hasard c’est le moment choisi par miss rainbow pour engloutir ma mouche ! La vision du coin de l’œil mais surtout le bruit me font heureusement ferrer par réflexe. Aouuutch !! Un joli rodéo commence ! Bien habilement elle a l’air de connaitre l’embâcle située 50m en dessous, car elle cherche à tout prix à y foncer ! 

Après un magnifique combat fesses serrées, le poisson est enfin dans l'épuisette : je souffle un grand coup ! C’est une Cuttbow de plus de 50cm aux nageoires et profil parfaits (la cutbow est une hybridation entre la cuttroat et la rainbow trout).

Image
Pêche Alberta
Texte

Pas besoin de plus, je finirais ma session là-dessus, heureux comme tout. C’est pour des poissons comme celui-ci que je rêvais de venir dans l’Ouest Canadien.
 

Départ vers les Rocheuses :

Après une belle nuit dans un camping quelques kilomètres plus haut, je suis de nouveau sur les bords de la Highwood-river le lendemain midi. Là aussi, j’ai un créneau de 2/3h avant de reprendre la route et la suite de notre périple.

Le choix d’un nouveau secteur plus courant, avec l’aide d’une imitation de grande perle m’offrira deux magnifiques arc-en-ciel à la robe parfaite.

Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Texte

Je terminerai même ma session par la prise d’un omble de fontaine, qui d’après ma discussion avec le garde forestier, est plutôt rare sur l’aval de cette rivière.

Cette rencontre me permit d’ailleurs d’en connaitre un peu plus sur la zonation écologique des salmonidés dans les Rocheuses. Tout comme en Europe, le préferendum de chaque espèce et la compétition interspécifique entraînent une zonation longitudinale des populations de poissons. Lorsque qu’un bassin versant accueille toutes les espèces de salmonidés susceptibles d’être présentes dans les Rocheuses,les populations s’organisent : de l’omble de fontaine à l’extrême amont des hydrosystèmes, puis en descendant, Cutthroat /Bull Trout, truite arc-en-ciel et pour finir la truite fario dans les plaines. Ces zonations sont théoriques, elles laissent place dans la réalité à quelques chevauchements de population, qui causent d’ailleurs l’hybridation des Cutthroat avec les Rainbow, vue quelques lignes plus haut.

La Cutthroat, endémique des Rocheuses, est ciblée par de nombreuses études et mesures de protection halieutique spécifique (no-kill intégral sur une rivière entière!) Si tout ça vous intéresse, vous trouverez sur internet des tas d’études scientifiques sur le sujet.

Après cette riche discussion, nous avons repris la route pour rejoindre Kananaskis country et continuer notre périple vers Banff. La suite des Rocheuses, plus en altitude, sera moins favorable pour la pêche (du moins à cette période). Mes cannes seront laissées de côté jusqu’à retrouver la côte pacifique et l’île de Vancouver (qui pourrait faire l’objet d’un prochain article, sait-on jamais …). Je finirai donc cet article en vous offrant quelques images, rencontres et ambiances de cet endroit extraordinaire que sont les Rocheuses Canadiennes : 

Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Image
Pêche Alberta
Texte

Infos pratiques : 

Point budget : 

  • Billets d’avion en septembre : 500-550€ AR pour un Paris-Calgary (escale à Vancouver)
  • Location de la voiture : 450 à 500€ pour 15jr avec km illimité 
  • Nuit en camping : Entre 20 et 30$ / 13 et 20€
  • Nuit en auberge : 50 et 70$ / 30 et 45€
  • Carte de pêche : 85$ à l’année / 50€

Un site référent pour préparer son voyage : Authentik Canada

Image
Pêche Alberta

A propos de l'auteur

Bercé dès le plus jeune âge par la passion de son père pour la pêche à la mouche, c’est dès l'âge de 10 ans qu’il l’initie à cette technique. Cette affection…