Conditions en Lozère : la saison bat son plein !

Pêche Lozère

La météo précocement chaude et ensoleillée de ces derniers temps a provoqué une explosion d’insectes diversifiés et la végétation est à son plein épanouissement. La pêche en Lozère est désormais autorisée partout sur les lacs et les rivières, en espérant que cela dure. Faisons attention plus que jamais lors de la manipulation des poissons, qui ne supporteront pas longtemps d'être "au sec" lors de fortes chaleurs. Les précipitations et le changement de temps, beaucoup plus frais, pour ce début juin sont une bénédiction pour la nature et devraient permettre de maintenir des conditions favorables à la pratique de la pêche.

Après de bons débuts mi-mai, les niveaux d'eau ont rapidement baissés, changeant les heures de pêche favorables. De bons coups du matin et du soir se sont alors présentés, mais la pêche en journée a été plus compliquée sauf sur quelques secteurs bien particuliers.

Sur le Lot et la Colagne les niveaux restent corrects mais bas pour la saison. En fonction des moments de la journée, l’activité des poissons peut se faire à tous les étages et de façon irrégulière.

Sur le haut Tarn, en altitude, la pêche est assez régulière sur toute la journée avec beaucoup de sedges. Plus en aval, peu d'activité en journée mais de beaux coups du soir avec de très belles éclosions d'éphémères. Dans les gorges du Tarn et de la Jonte, les niveaux d’eau restent bons, il y a peu de canoës, par contre beaucoup de vent ! Le meilleur de la pêche s’est fait sous l’eau, en nymphe et aux appâts naturels.

L'Altier et le Chassezac souffrent avec des niveaux d’eau assez bas et peu d'insectes.

Sur le nord Lozère, côté Rimeize et Truyère, l'activité en sèche a été bien meilleure, avec beaucoup d’insectes et les truites étaient bien actives. Concernant le Chapeauroux, le manque d’eau est terrible sur le haut ; en aval c'est un petit peu mieux. Sur l'Allier amont les coups d'eau des derniers orages ont fait remonter le niveau. Mais dans les gorges, l’Allier, en dessous du lac de Naussac, profite déjà des lâchés d’eau pour stabiliser le niveau d’étiage depuis fin mai !

Chez les insectes aquatiques, c’est la période des ecdyo, danica, ignita, sedges, ... Et, en parallèle, il commence à devenir fréquent de voir en journée une belle truite se propulser sur un banc de vairons/goujons qui passerait trop près d'elle. Ainsi les pêches de pleine eau (nymphe, streamer et leurre) peuvent aussi se montrer relativement efficaces. Malgré ces contraintes hydrologiques, les poissons sont bien dodus et en pleine forme nous offrant de superbes combats.

Pour la Compagnie des Guides de Pêche de Lozère,

Alexandre Burtin

A propos de l'auteur

Installé en Lozère sur le plateau de la Margeride, à proximité du Malzieu-Ville, depuis une quinzaine d’années, il parcourt les bords des cours d’eaux et lacs à la…