Chaleur, étiage, pêche fine et ciblée au programme en Lozère

pêche Lozère

Un début d’été sous le signe de la chaleur. Les rivières baissent rapidement, l’eau se réchauffe, les truites s’économisent et la pêche se complexifie …

Après un joli printemps frais et ponctué de coups d’eau assez réguliers, jusqu’au 20 juin les rivières de Lozère ont respiré la bonne santé avec des eaux fraîches et oxygénées.

Le printemps 2018 très pluvieux a « boosté » la vie aquatique et nous avons eu droit à un début de saison 2019 très riche en insectes et en éclosions variées, les rivières comme le Lot, la Colagne ou la Truyère ont eu une vie débordante.

Malgré tout, l’activité en sèche a été tardive car les eaux sont restées froides (en dessous de 12°) jusqu’à mi-mai, par contre les poissons ont très bien profité sous l’eau et nous nous sommes régalés avec des poissons bien portants et très bagarreurs.

Depuis le dernier week-end de juin, la canicule s’est installée en Lozère comme partout en France et les températures ont grimpés en flèche, les rivières sont passées très vite de 14 à 18 /19 °C et du coup l’activité s’est ralentie d’autant plus que les rivières ont fondu de jour en jour. Il semble que la baisse des niveaux d’eau est de plus en plus rapide notamment sur les sources ; dès que le soleil apparaît l’eau disparaît ! Ce phénomène est de plus en plus marquant au fil des années et cela nous fait prendre vraiment conscience de la fragilité des milieux aquatiques et de la nécessité de les protéger. On dirait que le soleil actionne une bonde qui vide le cours d’eau.

Du coup en ce début d’été, les truites, bien nourries  par la richesse des rivières et ce beau printemps, se sont calmées dans leur rythme alimentaire pour préférer des activités matinales ou de fin de journée. Les terrestres font leur apparition, mélangés aux mouches de mai tardives et aux nuées de sedge en tout genre qui envahissent le bord des rivières.

Je tiens à noter l’effet bénéfique des changements de réglementation et d’augmentation de maille sur Le Lot, Le Tarn et la Truyére, qui ont permis de gagner en qualité de pêche autant au niveau des tailles des poissons capturés, que du nombre de touches ! Il s’agit vraiment d’une avancée énorme pour nos rivières et c’est vraiment très encourageant pour l’avenir.

Pourquoi nous ne l’avons pas fait plus tôt ?

A l’heure d’une prise de conscience grandissante au niveau des déchets, les plongeurs ramassent les détritus dans la mer, les coureurs et les randonneurs ramassent les déchets sur les chemins. Pourquoi pas les pêcheurs, en effet on rencontre souvent des déchets dans les bordures ou dans le lit de nos rivières emmenés par les crues ou bien les vents, plutôt que de râler en le voyant, il suffit de prendre un sac dans son gilet et de de se donner un objectif qui nous rendra acteur :

Une partie de pêche = 1 déchet enlevé du cours d’eau

C’est un objectif qui nous rend plus utiles et plus impliqués dans notre passion … Essayez vous verrez !

Bonne saison estivale,

Pour la Compagnie des Guides de Pêche de Lozère

Stéphane FAUDON