Conseils de champion : le choix de l'hameçon mouche

choisir hameçon mouche

Comment bien choisir son hameçon pour capturer plus de truites à la mouche ? L'Equipe de France de pêche à la mouche, par l'intermédiaire de son manager Thierry Lelièvre, vous prodigue ses conseils dans les colonnes de Truites & Cie.

Texte

Les caractéristiques d'un hameçon mouche

L’hameçon est un des facteurs clé de votre réussite car il conditionne le nombre de vos ratés à la touche et de vos décrochages.  Bien souvent négligées, il existe quelques règles à observer lors du choix de votre hameçon. Ces règles dépendent des caractéristiques intrinsèques de l’hameçon (profil, pointe...etc)  mais aussi des conditions de pêche telles que la coopérativité des poissons, leur méfiance, leur taille… et bien d’autres que nous allons aborder au travers de ce tutoriel sur les hameçons. 

Image
hameçon mouche
Texte

Aux caractéristiques présentées dans l'illustration ci-dessus, il faut ajouter le "type de fer" qui qualifie le diamètre de la tige de fer utilisée pour confectionner l’hameçon (ex: fort ou fin de fer).

Alors un bon hameçon, c'est quoi ?

L'adaptation de l'hameçon à la mouche

Image
hameçon mouche
Texte

Le respect des proportions

La hampe est l’élément majeur qui contribue à l’esthétique de votre moucheElle correspond à la partie "utile" pour le montage de votre mouche. Sa longueur et son profil (droite, courbe, renversée) contribuent essentiellement à l’esthétique d’ensemble de votre mouche. Toute la longueur de la hampe doit être en général utilisée pour monter la mouche. Mais attention à ne pas descendre sur la courbure. Même sur un hameçon courbe il ne faut pas descendre à plus de la moitié de la courbure pour ne pas risquer trop de décrochages. 

La discrétion

La discrétion de votre hameçon dépend essentiellement de ses parties visibles, à savoir l’oeillet, la courbure et la pointe.

Image
hameçon mouche
Texte

Cette discrétion peut être un élément déterminant si les poissons sont particulièrement éduqués et si la vitesse de dérive est faible !  En général, les dimensions de ces trois éléments doivent être proportionnées à la taille de votre mouche. Inutile de sur-dimensionner votre taille d’hameçon par rapport au modèle que vous souhaitez monter.

Par exemple, la longueur de la hampe et de la courbure sont très importantes pour monter les sèches. Ce sont les parties immergées de votre mouche sèche. Plus la courbure sera « ouverte » (large ouverture) et plus la pointe sera longue et plus l’hameçon sera visible sous la surface. Le type de fer est aussi très important. Plus votre hameçon sera fort de fer est plus il sera visible ce qui, outre la discrétion, peut être très pénalisant sur des petites nymphes et les sèches.

Attention aussi à la brillance de votre hameçon qui peut aussi déclencher d’éventuels refus sur des poissons très délicats. Différentes déclinaisons de couleur existent (ex : gold, bronze, black nickel, black) et peuvent avoir des influences différentes sur la discrétion de l’hameçon en fonction de la teinte globale de votre mouche.

Image
hameçon mouche
Légende
Respect des proportions et discrétion sont très recherchés par le monteur ! (@Christian Guimonnet)
Texte

L'efficacité au ferrage

Un bon hameçon doit être efficace à la touche et au ferrage pour minimiser les ratés ! Le choix de votre hameçon fait partie des facteurs qui conditionnent votre efficacité et votre succès à la touche. Idéalement, on aimerait tous que le poisson se pique tout seul lors de la touche grâce à la tension naturellement exercée sur la ligne. Mais il est souvent nécessaire d’accompagner cette touche par un ferrage, afin d’exercer une tension supplémentaire, plus ou moins forte, sur votre ligne pour faire en sorte que la pointe pénètre dans la gueule du poisson. Pour ce faire, il faut aussi que la pointe soit de bonne qualité et se présente correctement au moment du ferrage pour pénétrer avec efficacité dans la gueule du poisson.

L'efficacité au ferrage dépend des caractéristiques de l'oeillet, de la hampe, de la courbure et de la pointe de votre hameçon.

Image
hameçon mouche
Texte

L'oeillet

Par son effet "bascule" plus ou moins accentué, la forme de l’œillet peut être aussi la cause de nombreux ratés au ferrage, en favorisant ou pas la pénétration de la pointe dans la gueule du poisson. Néanmoins, cet effet bascule est aussi dépendant de la forme de la hampe et la différence entre l’axe de l’œillet et celui de la hampe.

Exemples :

Image
hameçon mouche
Texte

La hampe

Il est de coutume de réserver les profils très courbés (dits caddis) pour les mouches sèches car ils permettent une flottaison "juste sous la surface" ; les profils droits sont utilisables pour les sèches, noyées et les nymphes. Un profil très courbé, utilisé pour une nymphe, a tendance à favoriser les ratés à la touche, le poisson ayant moins de chance de se piquer tout seul.

Ainsi plus la courbure de la hampe de l’hameçon est importante et moins il devrait être utilisé pour monter des nymphes ! 

Image
hameçon mouche
Texte

La courbure

Logiquement, plus la courbure de votre hameçon est "ouverte" (grande distance entre la pointe et la hampe) et plus votre pointe sera dégagée pour favoriser sa pénétration dans la gueule du poisson au moment de la touche. Mais attention à sa discrétion (visibilité) et au risque de décrochage. 

Donc à taille et forme plus ou moins égales, privilégiez l’hameçon le plus ouvert possible !

Image
hameçon mouche
Légende
Ouverture de la courbure
Image
hameçon mouche
Légende
Nymphe montée sur un hameçon moderne avec une très large ouverture
Texte

La pointe

La pointe est certainement l’élément de l’hameçon le plus important pour ne pas rater les touches. Evidemment, d’autres facteurs indépendants de l'hameçon peuvent en être aussi la cause tels que votre canne, votre technique de ferrage...ect (NDLR : voir l'article de Truites & Cie relatif au décrochage). Le piquant et le profil de la pointe sont les deux caractéristiques à considérer dans le choix de votre hameçon pour un ferrage efficace. Sa longueur peut aussi être déterminante mais l’ensemble des hameçons modernes présente une longueur de pointe qui ne pose pas de problème particulier à la touche (attention par contre pour les décroches, nous en reparlerons !).

La pointe de votre hameçon doit toujours rester parfaitement dégagée pour ne pas entraver sa pénétration dans la gueule du poisson.

  • ​​​​​​Le Piquant

 Il est à TOUJOURS VERIFIER à différentes étapes :

  1. en choisissant son hameçon lors du montage,
  2. pendant la pêche surtout après avoir accroché le fond par exemple.

Vous pouvez vérifier à l’œil si votre pointe est bien effilée et pas émoussée, mais rien ne vaudra un test du piquant sur votre peau. Elle doit pouvoir y pénétrer comme dans du beurre.Une pointe émoussée et cela se paiera net par une augmentation des ratés à la touche.

Image
"(yuzy
Texte
  • La force de fer 

Sont considérées la finesse du fer sur la longueur de la pointe et à son extrémité

Une pointe fine de fer offrira nécessairement un meilleur piquant et une meilleure pénétration, demandant ainsi un ferrage moins appuyé.  Sur des poissons délicats ou sur des touches très rapides, cela peut permettre au poisson de se piquer « presque » tout seul. A contrario, une pointe plus forte de fer même piquante demandera d’être accompagnée d’un ferrage plus appuyé afin de permettre la pénétration dans la gueule du poisson. Ceci peut malheureusement se solder par une casse au ferrage si le fil de votre pointe est très fin (ex : 09/100 ou 10/100) ou défectueux. Cela peut aussi se caractériser par de nombreux ratés à la touche, le poisson ayant plus de difficultés à se piquer tout seul. A contrario, pour une pêche avec un fil de pointe pas trop fin  (ex : 12/100 ou plus), une pointe plus forte de fer mais néanmoins très piquante pourra être efficace.

Image
hameçon mouche
Texte
  • Le profil de la pointe

D’une façon générale:

- Plus votre pointe est droite (voire même légèrement inversée vers le bas), plus elle est efficace à la touche mais le risque de décrochage sera accru.

- A contrario, plus votre pointe est courbe, plus le risque de ratés à la touche est grand mais le risque de décrochage est minimisé.

En effet plus la pointe est courbe et plus elle aura tendance à glisser sur la gueule du poisson et donc à ne pas pénétrer la gueule du poisson:

Image
hameçon mouche
Image
pêche mouche
Légende
Plusieurs caractéristiques de l'hameçon favorise un ferrage efficace !
Image
hameçon mouche
Légende
Bilan : efficacité de l'hameçon au ferrage
Texte

La minimisation du risque de décroche

Un bon hameçon doit minimiser le risque de décrochage lors du combat !

Si votre hameçon ne respecte pas certaines caractéristiques au niveau de sa courbure et surtout de sa pointe, alors le risque de décrochage restera élevé. La mise à l’épuisette sera alors soumis à votre bonne étoile ! Le décrochage est toujours du à la capacité qu’aura votre hameçon à sortir de la gueule du poisson ou bien à se retourner/s’ouvrir du fait de la puissance du poisson :

- Sa résistance à l’ouverture face à l'intensité du combat dépend de la qualité du trempage lors de la fabrication de l’hameçon, et surtout du type de fer utilisé (fin/fort de fer et si l’hameçon est forgé ou pas). 

- Si on oublie les cas où le poisson est mal « piqué » ce qui est parfois indépendant de notre volonté, la capacité de votre hameçon à glisser jusqu’à sortir de la gueule du poisson est essentiellement liée à la force fer, à la longueur et au profil de sa courbure ainsi qu'à la longueur et au profil de sa pointe.

Image
hameçon mouche
Texte

La courbure

  • Force de fer

Naturellement, plus votre hameçon sera fort de fer et plus il sera résistant lors du combat et très faible sera le risque d’ouverture au niveau de la courbure. A contrario, plus il sera fin de fer et moins il sera résistant lors du combat et plus fort sera le risque d’ouverture au niveau de la courbure.

Néanmoins, deux facteurs peuvent influencer ce constat :

  1. A diamètre de fer égal, un hameçon de petite taille et/ou présentant une faible ouverture, sera beaucoup moins susceptible de s’ouvrir qu’une hameçon de grande taille et/ou présentant une grande ouverture.
  2. A diamètre de fer égal et à courbure égale, un hameçon forgé au niveau de la courbure sera plus résistant qu’un hameçon rond. 
Image
hameçon mouche
Texte
  • La longueur de la courbure (ou ouverture)

Logiquement, à pointe identique, plus la courbure de votre hameçon est grande et plus votre hameçon aura la liberté de glisser dans la gueule du poisson lors des changements de direction de la tension dans votre ligne. Voir en illustration quelques cas de figure relatifs à l’influence l’ouverture de la courbure.

  • Le profil de l'ouverture

Au premier coup d’œil, il existe peu de différences dans le profil de la courbure des hameçons que nous proposent actuellement les fabricants. Néanmoins, en y regardant de plus prêt et pour un œil averti, nous pourrons constater que les courbures de nos hameçons peuvent présenter quelques différences de forme qui peuvent avoir une influence plus ou moins forte sur la liberté de mouvement de votre hameçon dans la gueule du poisson et par conséquent sur le risque de décrochage. Quelques exemples (à ouverture égale bien entendu) :

Image
hameçon mouche
Image
hameçon mouche
Légende
Pour les combats musclés, attention à la force de fer pour les tailles d'hameçons supérieures à 16 !
Image
hameçon mouche
Texte

La pointe

Plus l’ampleur du mouvement nécessaire à faire glisser la pointe jusqu’à l’extraction complète de la gueule du poisson est importante et plus le risque de décrochage est faible. A contrario, plus l’ampleur du mouvement est faible et plus ce risque sera fort.

Le profil et la longueur de la pointe sont les deux caractéristiques à considérer dans le choix de la pointe votre hameçon pour minimiser le risque de décrochage :

  • Le profil

D’une façon générale, à longueur égale :

Plus votre pointe est droite et plus elle sera facile à extraire de la gueule du poisson. Mais elle sera plus efficace à la touche et au ferrage.

A contrario, plus votre pointe est courbe est plus elle sera difficile à extraire de la gueule du poisson. Mais elle sera moins efficace à la touche et au ferrage (plus la pointe est courbe et plus elle aura tendance à glisser sur la gueule du poisson et donc à ne pas pénétrer la gueule du poisson). 

Néanmoins, une pointe légèrement renversée, droite ou gauche, permettra aussi de minimiser ce risque. C’est parfois nécessaire de le faire sur votre hameçon en cours de pêche lorsque que vous subissez trop de ratés.

  • La longueur de la pointe

A profil égal :

Plus votre pointe est courte et plus elle sera facile à extraire de la gueule du poisson.

A contrario, plus votre pointe est longue est plus elle sera difficile à extraire de la gueule du poisson.

Bilan pointe :

  • Une pointe longue et très rentrante sera idéale pour ne pas décrocher lors du combat mais ce sera plus compliqué de réussir à piquer un poisson à la touche avec une telle pointe.
  • Une pointe courte et droite présentera un fort risque de décrochage lors du combat mais sera plus efficace à la touche et au ferrage.
    Image
    hameçon mouche
    Légende
    La "tungsten survivor" du compétiteur américain Lance Egan est montée sur un hameçon à longue pointe
    Texte

    Pourquoi sans ardillon ?

    Après avoir monté votre mouche avec le bon hameçon, ferré efficacement au moment de la touche, combattu loyalement et mis à l’épuisette votre poisson, il vous faudra le relâcher dans les meilleurs conditions pour assurer sa survie et avoir la chance un jour ou l’autre de le capturer à nouveau ou bien ses descendants.

    Il est d’usage de dire que les hameçons à pointe très fine et/ou en pointe de flèche, hameçons dit « chirurgicaux », ont tendance à déchirer la gueule des poissons. C'est certainement vrai mais les hameçons fort de fer ne sont pas non plus sans effet. Tout dépendra aussi de l’intensité et de la durée du combat. A contrario, la présence d’un ardillon sera assurément enclin à abîmer le poisson au moment de retirer votre hameçon de la gueule du poisson. Il est donc conseiller d’utiliser des hameçons sans ardillon pour une pêche sportive et responsable.  

    Texte

    Conclusion 

    Avant de monter

    Après avoir sélectionné vos références hameçons en fonction des caractéristiques recherchées (ex. sèches ou nymphes, fort ou fin de fer, efficacité à la touche, bonne tenue au combat), il faut :

    • savoir que dans une même référence d’une même marque, ces caractéristiques peuvent différer en fonction de la taille des hameçons. A titre d’exemple une hameçon de #14 d’une certaine référence d’une même marque peut être très bien alors qu’en #16 de cette même référence il n’est pas bon. Il faut alors choisir une hameçon de taille #16 d’une autre marque !
    • Trier vos hameçons de même taille et issus d’une même référence et/ou d’une même boite car en fonction des séries les caractéristiques des hameçons peuvent varier notamment de la courbure et de la pointe. Il peut être de même pour les hameçons d’un même sachet !
    • Eliminer les hameçons détériorés d’une même boite (ex. pointe défectueuse)

    Pendant la partie de pêche

    Si vous subissez trop de ratés à la touche, alors :

    • Vérifiez que votre pointe n’est pas émoussée, ni tordue ou que votre hameçon ne s’est pas ouvert.
    1. Si tel est le cas, alors changez votre mouche pour celle avec un hameçon en bon état.
    2. Si tel n’est pas le cas, alors changez de mouche pour une mouche montée sur un hameçon avec une pointe plus fine/piquante et/ou moins rentrante. Voire avec une courbure plus ouverte.
    • Et si cela n’a rien changé alors cela provient de votre canne ou de votre technique !

    Si vous subissez trop de décrochages au combat :

    • Vérifiez que votre hameçon ne s’est pas ouvert.
    1. Si tel est le cas, alors changez votre mouche pour celle avec un hameçon en bon état ou.
    2. Si tel est le cas, alors changez votre mouche pour celle montée sur un hameçon avec une pointe plus longue et plus rentrante.
    • Et si cela n’a rien changé alors cela provient de votre canne ou de votre technique !

     

    Texte et croquis de Thierry Lelièvre, photos et légendes de la rédaction de Truites & Cie sauf mention contraire

    Image
    pêche mouche
    Légende
    Un dénouement heureux passe par un bon choix d'hameçon !
    Image
    bilan
    Légende
    Bilan sur le choix de l'hameçon
    Image
    klbligb
    Texte

    Thierry Lelièvre a succédé à Robert Escaffre en tant que manager de l'équipe de France Senior de pêche à la mouche en 2019 (année du sacre que l'équipe en Tasmanie), après plus de 10 ans de pratique de la compétition au plus haut niveau, et un encadrement de l'équipe de France Master en 2018 (médaille de Bronze par équipe). Thierry est actuellement président du club GPS Mouche Passion.

    Pêcheur.com

    A propos de l'auteur