Bien choisir son matériel toc : la canne et le moulinet

canne et moulinet toc

Le choix du matériel de pêche au toc est actuellement compliqué par l'offre importante de références disponibles. Tentons d'aiguiller de façon simple les réflexions à mener pour trouver une bonne adéquation entre le matériel choisi et les conditions de pêche rencontrées :

Texte

Les principaux critères de choix de l'ensemble canne/moulinet

Comme évoqué dans l'article introductif sur la pêche au toc, les principaux paramètres des conditions de pêche qui influencent le choix du matériel sont :

La distance de pêche

Elle est surtout conditionnée par la largeur du cours d'eau fréquenté. Au toc, la distance de pêche est généralement comprise entre 3/4m (cas des petits milieux encombrés, ruisseaux et torrents) et une quinzaine de mètres (voire un peu plus dans les grandes rivières lorsqu'on pêche en dérive naturelle).

L'encombrement de la rivière

Il est très variable, et pas toujours corrélé à la largeur du cours d'eau. Par exemple, si l'on considère les ruisseaux, certains sont totalement dépourvus de ripisylve (cas des ruisseaux de plateau ou torrents de haute montagne par exemple) alors que d'autres sont extrêmement touffus. Du côté des grandes rivières, en dehors des rares cas où il est interdit de marcher dans l'eau à certains moments de l'année (cas de la Sorgue du Vaucluse par exemple), les démêlés avec la végétation rivulaire sont rares.

La taille des poissons recherchés

Dans la mesure où l'immense majorité des cannes toc sont très (voire trop) puissantes par rapport à la taille des truites pêchées, ce critère intervient plutôt dans le choix du moulinet. En effet, tous les modèles de moulinet ne sont pas adaptés à la pêche des gros poissons : un moulinet disposant d'un bon frein sera utile pour les combats avec les grosses truites.

Le type de conduite de ligne

Dans le cas de la pêche amont, il est possible de pêcher "sous la canne" ou "à distance", ce qui a une incidence sur la longueur de la canne choisie. Si l'on entrevoit une conduite de ligne à l'aplomb du scion et pour des raisons évidentes de discrétion, la canne doit mesurer au moins 4m. Au contraire, si l'on choisit de lancer bien au-delà du scion, la canne gagne à être plus courte pour gagner en maniabilité et ainsi faciliter les jets. Une canne de 3m30 à 3m60 est préférable pour pêcher amont.

Dans le cas de la pêche en dérives aval, la canne doit avoir une longueur suffisante pour pêcher suffisamment creux en limitant la longueur de bannière immergée, sans pour autant sacrifier le confort de pêche. En pratique, ces cannes mesurent entre 3m80 et 4m20.

Voyons comment relier ces paramètres aux caractéristiques des cannes et moulinets disponibles sur le marché :

Image
pêche toc
Texte

Le choix de la canne toc

Voici les différentes catégories de canne toc aujourd'hui disponibles, avec leurs caractéristiques respectives : 

Les cannes fil intérieur

Ce sont des cannes à emmanchements en 3 ou 4 brins dont la longueur est généralement comprise entre 3m30 et 4m (certains modèles longs possèdent un talon réglable). Comme leur nom l'indique, le nylon passe à l'intérieur du blank et coulisse au travers d'entretoises, dont le nombre est compris entre 20 et 35. Ce procédé soustrait le nylon à la végétation et limite les accrochages lors des lancers ou des déplacements. L'inconvénient réside dans la mauvaise glisse qu'occasionnent l'humidité (en cas de scion trempé dans l'eau par mégarde ou de temps pluvieux) et des entretoises de mauvaises qualité et/ou en nombre insuffisant. Pour prévenir cet inconvénient, il convient de s'orienter vers un modèle qualitatif, haut de gamme ou carrément monté par un artisan. Ces cannes sont plutôt destinées à la pêche amont "à distance". Les marques Garbolino et Pezon et Michel commercialisent plusieurs références (voir ici). Du côté des cannes artisanales, on peut citer les marques Pêche sur Mesure dans le sud-ouest et Toc Passion.

Avantages : 

  • moins de démêlés avec la végétation
  • moins d'emmêlage au niveau du scion

Inconvénient : 

  • glisse impactée par temps humide et en cas de mauvais entretoisage
Image
pêche truite
Légende
Dans les milieux encombrés, la canne à fil intérieur limite les démêlés avec la végétation
Texte

Les cannes téléréglables et téléblocables

Ce sont des cannes relativement longues (jusqu'à 10m) dont la longueur est modulable (à l'infini pour les téléréglables, et au niveau de certaines positions pour les téléblocables). Elles ont été conçues pour pêcher le plus possible à l'aplomb du scion, en déposant la ligne aux endroits voulus. Le suivi de la dérive est ainsi facilité, tout comme les lancers dans les milieux exigus. Toutefois, ces cannes présentent pas mal d'inconvénients, notamment leur poids conséquent (elles pèsent souvent plus de 300gr). De plus, le fait de suivre la dérive du montage à l'aplomb du scion n'a pas que des avantages : cette façon de procéder n'apprend pas au débutant à gérer la tension de la bannière au cours de la dérive, préalable indispensable à la prospection des plus grands biotopes. Enfin, la manoeuvre du poisson ferré n'est pas évidente dans la mesure où il faut parfois réajuster la longueur de la canne avant de s'en saisir. Ainsi, ces cannes sont à réserver à un usage très particulier, notamment la pêche dans les milieux très encombrés, pour percer la végétation rivulaire avec le montage collé au scion avant de le faire descendre à la verticale, par exemple. Les marques Daïwa, Garbolino et Pezon et Michel commercialisent de nombreux modèles (voir ici).

Avantages :

  • gestuelle et conduite de ligne facilitées par la longueur importante et ajustable,

Inconvénients : 

  • poids,
  • la conduite de ligne sous la canne n'est pas très formatrice en matière de gestion de la dérive,
  • ajustement de la longueur à effectuer après le ferrage pour se saisir du poisson.
Image
pêche toc téléréglable
Texte

Les cannes à anneaux type anglaise

Les cannes à anneaux extérieurs type anglaise (également appelées "appâts naturels" ou AN dans bon nombre de catalogues) sont les plus utilisées pour la pêche en dérive naturelle, et à juste titre. En effets, ces cannes apportent un confort de pêche inégalé (elles pèsent généralement moins de 200gr) et sont les plus efficaces lorsque la distance de pêche augmente, sous réserve de bien choisir leur longueur.

Le choix de la longueur d'une canne AN est essentiellement guidé par la largeur du cours d'eau et le type de dérive (amont ou aval), le but étant de conserver un angle canne/bannière le plus proche possible de 90° comme expliqué dans l'article sur la pêche en dérive naturelle, tout en pêchant creux (c'est à dire avec la longueur de bannière immergée la plus faible possible). Concrètement, cela conduit à choisir une longueur de :

  • 3m60 et moins pour les pêches amont en rivières petites à moyennes,
  • 3.80m et plus pour les pêche en dérives aval en grands cours d’eau,
  • 3m60 environ pour les pêches d'alternance amont/aval en rivières moyennes.

Le choix d'une canne type anglaise possède l’immense avantage de limiter la tentation récurrente du débutant de pêcher systématiquement « sous la canne », car cette façon de procéder présente beaucoup de défauts : elle limite l’amplitude de pêche, condamne à l’utilisation de longues cannes inconfortables qui sont absolument inadaptées au grand cours d’eau (voir le paragraphe précédent sur les téléréglables).

Dans un contexte où la majorité des cannes toc sont relativement puissantes et rapides, la catégorie AN est plus éclectique en matière d'action/puissance, voir notre test comparatif de mesures.

Parmi les marques éprouvées, on peut citer Daïwa, Delacoste, Garbolino, Native, Pezon et Michel et Sempé.

Avantages :

  • poids faible,
  • amplitude de pêche,
  • efficacité pour combattre les belles truites sur fils fins avec les modèles à action progressive.

Inconvénient : 

  • démêlés avec la végétation dans les milieux très encombrés.
Image
canne toc grand rivière
Légende
Pour la pêche en dérive aval en grands cours d'eau, une longueur minimale de 3m80 est conseillée
Image
canne toc
Légende
Les cannes type anglaise de moins de 3m40 sont très à la mode et apportent un grand confort de pêche
Texte

Les cannes barre

Ces cannes sont traditionnellement utilisées dans le massif central où elles servent à prospecter les rases de plateaux sans végétation rivulaire. Dans ce type de biotope, il est nécessaire de rester en retrait de la berge pour des raisons de discrétion. Ces cannes sont longues (6m et plus) et sans anneaux ni porte-moulinet. Le corps de ligne est directement attaché au scion. La majorité des poissons capturés étant de taille modeste, le moulinet devient presque superflu dans ce cas et l'action de pêche consiste, comme avec une longue téléréglable, à déposer le montage puis à suivre la dérive à l'aplomb du scion. Cette approche fait encore des émules, malgré le poids conséquent de l'outil utilisé. Les marques Daïwa et Garbolino proposent encore des cannes barre à leur catalogue.

Avantage : 

  • simplicité du matériel,

Inconvénients :

  • poids,
  • manque de polyvalence (amplitude de pêche limitée).
Image
pêche barre
Légende
Ruisseau de plateau du massif central idéal pour la pêche à la barre
Texte

Le choix du moulinet toc

Simple réserve de fil dans le cas de la pêche en petits milieux, le moulinet devient un outil majeur dans la pêche des gros poissons en grandes rivières. Les principales caractéristiques du moulinet toc sont les suivantes : 

  • la présence ou non d'un frein micrométrique,
  • le poids : il varie de 90 gr pour les modèles type tambour tournant à 300 gr environ pour les moulinets capotés,
  • le mode et la vitesse de récupération : récupération manuelle dans le cas des modèles à tambour fixe et tournant, ou semi-automatique pour les moulinets à talon et de type Vivarelli. Le ratio est important à prendre en compte car il détermine la vitesse de récupération. Lorsque la distance de pêche est grande, une bonne vitesse de récupération décuple le confort de pêche (cas des moulinets spinning à ratio important).
Image
Ritma 72
Texte

Les moulinets à tambour tournant

Grand classique des moulinets toc, les tambours tournants sont les plus utilisés par les aficionados de la technique. Souvent abordables niveau tarif, ils sont simples d'utilisation (donc rustiques et durables) et évitent le vrillage des nylons grâce à leur diamètre de bobine important. Certains modèles démultipliés (cas du Ritma 72 ou du Delacoste Loxus DM) possèdent des capacités de récupération importantes (60cm/tour de manivelle et plus).

Avantages :

  • prix,
  • absence de vrillage,
  • poids.

Inconvénients :

  • amplitude de pêche limitée en grand cours d'eau,
  • pas de frein fiable.
Image
vivarelli
Texte

Les moulinets semi-automatiques

Assez confiné aux moucheurs jusqu'aux années 2000, leur usage s'est ensuite étendu à la pêche au toc lorsque des grands noms de la discipline comme Marc Delacoste et Jack Tarragnat ont popularisé leur utilisation. Le principal avantage des semi-auto réside dans une gestion de bannière et une récupération facilitées par la gâchette. Le surplus de bannière est rembobiné en un clin d'oeil par un petit déplacement de l'annulaire de la main qui tient la canne sur la gâchette. Le Vivarelli est le grand classique de cette catégorie. Sa bobine originale gagne toutefois à être remplie de backing voire être carrément changée, de façon à augmenter son diamètre de moyeu (18mm), sous peine de vrillage prématuré du nylon. Voir à ce sujet notre article sur les bobines de Vivarelli. Parmi les autres semi-auto utilisables pour la pêche au toc, citons le Ritma 80 et le Peux Fulgor.

Avantages :

  • rapidité de récupération de la ligne, et de gestion de l'excédent de bannière,
  • poids faible,
  • frein efficace de certains modèles (dont le Kit Peux Revival).

Inconvénients :

  • absence de manivelle dans la version originale du Vivarelli,
  • amplitude de pêche limitée en grand cours d'eau.
Image
moulinet toc talon
Texte

Les moulinets à talon

Traditionnellement utilisés dans les Pyrénées et popularisés par des pêcheurs de renom comme Alphonse Arias, ces moulinets se font rares aujourd'hui sur le marché. A notre connaissance, seul de Vivatoc conçu et commercialisé par le Commingeois Jean-Louis Clermont est encore disponible. Le principe de récupération du Vivatoc est on ne peut plus simple : il suffit de réaliser une simple traction sur le fil après avoir fait pivoter la canne d'un quart de tour environ dans le sens des aiguilles d'une montre pour les droitiers (dans le sens inverse pour les gauchers) et inversement pour arrêter le bobinage.

Pour en savoir plus : https://www.moulinet-vivatoc.fr/

Avantages :

  • équilibre optimal de la canne car positionné au talon
  • rapidité de récupération de la ligne, et de gestion de l'excédent de bannière,
  • protection des nylons car bobine interne

Inconvénient :

  • pas de frein fiable,
  • amplitude de pêche limitée en grand cours d'eau.
Image
moulinet toc capoté
Texte

Les moulinets capotés

Ces moulinets fréquemment utilisés par les pêcheurs au toc en petits et moyens cours d'eau possèdent une bobine protégée par un capot. Un système de débrayage à gâchette ou par pression sur le dessus de la bobine permet de libérer le nylon au moment du lancer. Simples et pratiques, ces moulinets sont relativement lourds, ce qui n'est pas vraiment un inconvénient lorsqu'il s'agit d'équilibrer une canne longue. Ils occasionnent moins de perruques qu'un moulinet à tambour fixe classique, notamment dans les petits milieux lorsqu'on récupère parfois une bannière totalement détendue. Les marques Mitchell, Abu Garcia et Daïwa commercialisent ce type de moulinets. Voir quelques modèles ici.

Avantages :

  • limitent les emmêlages,
  • système de débrayage simple et rapide.

Inconvénients :

  • poids pour certains modèles,
  • diamètre de bobine parfois faible entraînant un vrillage prématuré du nylon,
  • petit ratio entraînant une faible vitesse de récupération.
Image
tambour fixe
Texte

Moulinet à tambour fixe ou spinning

Généralement utilisés dans les pêches aux leurres, ces moulinets facilitent les lancers lointains du pêcheur au toc en grandes rivières. Ils sont d'une grande aide lorsque la distance de pêche dépasse la dizaine de mètres. De plus, la présence d'un frein d'un frein micrométrique sur toutes les références récentes (même les modèles entrée de gamme) facilite les combats avec les belles truites de ces milieux, qui sont capables de prendre du fil après le ferrage. Afin d'avoir un diamètre de bobine suffisant, il convient de choisir un moulinet à tambour fixe de taille supérieure ou égale à 2000 mais assez léger (moins de 250 gr) pour préserver le confort de pêche. A ce propos, ceux dont le ratio est important possèdent une grande vitesse de récupération (plus de 70cm/tour de manivelle), ce qui facilite l'enchaînement des lancers.

Avantages :

  • présence d'un frein micrométrique,
  • lancers à grandes distances facilités.

Inconvénients :

  • emmêlage fréquent du nylon au niveau de la poignée pour le néophyte et du pick-up si la bannière n'est pas tendue au moment de la récupération.
Image
pêche grosse fario
Légende
Pour combattre efficacement les gros poissons, rien ne vaut le frein précis d'un moulinet à tambour fixe

A propos de l'auteur