Brochet à la mouche : comment choisir sa canne ?

brochet à la mouche

Texte de Guillaume Le Garrec, photos de Guillaume Le Garrec sauf mention contraire

Il peut parfois être parfois compliqué de bien choisir sa canne à mouche, ce d’autant plus lorsqu’il s’agit de pratiquer une pêche puissante.

Lorsque l’on pêche le brochet, le degré d’exigence augmente, notamment en raison de la taille des mouches employées : on utilise, selon la saison, des streamers montés ou équipés (dans le cas des tubes) d’hameçons de taille 2 à 10/0 et plutôt forts de fer mesurant de 8 à plus de 30cm… Cela représente un poids non négligeable à lancer, qui augmente encore une fois la mouche mouillée… Même fabriqué avec des matériaux qui sèchent bien pendant le lancer, un streamer reste un OVNI parfois difficile à propulser et à poser, surtout lorsque l’on débute.

Le lancer peut rapidement devenir fatigant si on ne maîtrise pas un peu la technique. Alors, si votre canne n’est pas adaptée à votre style ou à votre morphologie, l’usage devient vite laborieux voire douloureux…

Vous n’allez pas utiliser la même canne pour pêcher en ruisseau et en réservoir ou pour pêcher les ombres à grande distance sur la Dordogne, il en sera de même pour la recherche du brochet : il faudra ajuster les caractéristiques de la canne (longueur, action, puissance) au contexte de la pêche.

Après avoir testé pas mal de cannes différentes en 9’#8-9 et 10, je suis arrivé à certaines réflexions pour conseiller mes amis et mes clients. Voici, point par point, quelques éléments pour bien choisir sa canne à mouche pour la pêche du brochet :

Texte

La longueur

Pour les pêches en bateau et du bord, 9’ est la norme. C’est la taille idéale pour faire de la distance ou pour tout simplement avoir un angle parfait en strippant canne basse entre la soie et la pointe de la canne, pour assurer un bon ferrage.

Pour les pêches en float-tube, j’aime les modèles plus courts (jusqu’à 8’), mais il n’existe que très peu de références désormais. En attendant que des cannes spécifiques de qualité sortent, mes 9’ font très bien le travail !

L’action

Comme pour les autres pêches à la mouche, nous avons le choix entre cannes rapides (ou fast) ou plus progressives (de type moderate fast). Pour choisir, faudra prendre en considération :

  • La profondeur de pêche,
  • La vitesse de pêche,
  • Le niveau de lancer du pêcheur.

Les cannes fast

Je préconise ce genre de cannes pour toutes les pêches en profondeur avec des soies plongeantes :  le point dur du blank étant rapidement atteint à la traction, elles vous permettent un ferrage plus puissant et vous aident à rentrer le fer. Pour pêcher rapidement en surface avec des streamers petits à moyens en mode power fishing, ce genre de cannes est aussi pratique pour une autre raison : elle vous permet d’arracher la soie de l’eau plus vite et de relancer instantanément ! Ce type d’action est idéal/parfait pour pêcher les chasses (attention, plus la taille du streamer augmente, plus il sera compliqué de le faire).

De fait, les cannes fast se chargent rapidement, surtout si vous utilisez une soie de type shooting, à tête courte. On entre tout de suite en pêche et c’est assez grisant. Si vous maîtrisez la double traction, vos streamers partiront comme des balles vers l’endroit voulu.

Petit bémol : il peut être fatigant de pêcher toute une journée avec ce genre de canne qui demande une gestuelle presque parfaitement réglée et beaucoup de mouvements de corps.

Les cannes moderate fast et strong medium fast

Ces cannes, se chargent plus en profondeur (elles plient sur une plus grande longueur de blank que les précédentes) et un peu moins vite que les cannes fast.

Un pêcheur débutant aura de meilleures sensations avec elles. Il pourra ainsi travailler sa gestuelle et mieux intégrer le phénomène « soie qui charge la canne – canne qui se détend et propulse » car c’est là tout le secret lorsque l’on veut/quand on souhaite lancer des streamers volumineux à bonne distance.

Lorsque l’on pêche le brochet à la mouche, on n’effectue que peu de faux lancers une fois la distance réglée et la soie sortie. Que vous soyez du bord, en float tube ou en bateau, il ne vous faut en moyenne que 3-4 faux lancers pour ressortir vos 20m de soies si vous utilisez une soie parfaitement adaptée avec une tête très courte (moins de 10m).

Globalement, ces cannes sont parfaites pour l’utilisation de très grosses mouches (dont l’inertie en l’air est importante) et sont aussi beaucoup moins fatigantes que les modèles fast à niveau de gamme égal.

Image
pêche mouche brochet
Légende
Pour les pêches profondes, les actions fast sont recommandées (© Jean-Michel Brunet)
Texte

La puissance

En règle générale, on pêche le brochet avec des cannes en soie de 8 à 10. Le choix de la puissance va se faire sur 3 critères principaux :

  • La taille des poissons pêchés,
  • L’encombrement du lieu de pêche,
  • La taille des mouches utilisées.

Si vous avez besoin de maîtrise et de puissance pendant le combat, que vous pêchez des milieux très encombrés et que vous avez besoin de brider votre poisson, une canne autoritaire de #10 est mieux adaptée. Il en est de même si vous pêchez avec de gros tube flies, de lourds streamers de plus de 25cm, la plupart du temps articulés ou équipés d’appendices caudales de type jumbo wiggle tails ou dragon tails. Il vous faut dans ce cas/en effet une canne capable de « tenir » votre streamer en l’air pendant le lancer et de le propulser, ce qui nécessite de la puissance.

Si à l’inverse, vous pêchez des zones plutôt « propres », des poissons de taille modeste (entre 50 et 75 cm) et que, dans votre biotope, les brochets se nourrissent d’ablettes, de perches et de gardons, vous pouvez largement vous amuser à les pêcher avec une soie de 8. L’avantage que procure la canne en #8 est la possibilité de l’utiliser en réservoir, en mer, pour viser du mulet ou du bar, de la perche ou du sandre. Dans ce cas-là, mon choix s’oriente clairement vers une canne fast, les streamers étant plus petits, j’aime son côté shooteuse.

Au total, il faut garder à l’esprit que si votre ensemble est relativement peu puissant, il sera plus léger et agréable à utiliser.

Image
brochet mouche
Légende
La pêche des carnassiers "tout venant" en petits milieux est très agréable avec une canne #8
Texte

La fameuse 9’#9

La 9’ 9 est la puissance la plus répandue chez les pêcheurs de brochets. En effet,
avec une #9 on peut tout aussi bien pêcher avec de petites mouches, prendre plaisir
avec des petits poissons et brider une big mama si la puissance réelle de la canne le
permet. En cas de pêche dans le vent, les lancers seront plus aisés avec une #9.

Image
Pêche mouche brochet
Légende
La taille du streamer conditionne grandement puissance et action de la canne !
Texte

Le montage

Au niveau du montage, en dehors du type d’anneau qui autorise ou non l’utilisation potentielle de votre canne en eaux salées, c’est l’adéquation entre diamètre de la poignée et des dimensions de votre main qui importe. Cela peut paraitre anodin, mais avoir une canne qui tient parfaitement dans sa main est primordiale : une main trop petite pour une poignée trop grosse et c’est la crispation assurée et une tendinite à suivre. Pensez à vérifier l’épaisseur de la poignée dans les mesures Truites & Cie.

Le prix

Dernier point abordé, mais tout de même important/non le moindre : le prix. Ce critère va peut-être, malheureusement, vous faire choisir le mauvais modèle, surtout sur les modèles d’entrée de gamme. Il faudra se méfier des cannes pas chères de 9’#9 ou des ensembles complets. Bien souvent la soie ne sera pas adaptée pour des grosses mouches ou la canne ne sera pas assez puissante pour du brochet !

Texte

Guillaume Le Garrec et la pêche du brochet à la mouche :

"J'ai commencé à m'intéresser à la pêche du brochet à la mouche au début des années 2000.

J'étais alors moniteur-guide dans le département de l'Eure et je dois avouer qu'il était compliqué de bien s'équiper pour la recherche de ce poisson. 

Lorsque je suis arrivé chez Eeasyfly en 2010, la première chose que j'ai mise en place est la création d'une véritable gamme brochet. On peut dire que nous étions alors précurseurs en France.

Je suis parti ensuite guider en Irlande de 2014 à 2018 chez mon ami Jean-Philippe Carnet lorsqu'il a créé son camp dénommé Pêche Irlande Connemara. Une aventure incroyable. J'y ai appris énormément et j'ai pu réellement vivre aux côtés des brochets quotidiennement, étudier leur comportement et réfléchir à ma façon de les pêcher. Le seul problème, c'est que là-bas il n'y avait pas grand chose disponible pour le montage des streamers (c'était pareil en France d'ailleurs).

Alors lorsque je suis revenu dans notre beau pays et que j'ai repris à mon compte le site Easyfly (que je viens de changer pour as-de-peche.fr)  mon objectif était de proposer aux pêcheurs une véritable gamme complète de fibres et matériaux naturels pour le montage des streamers à brochet afin de ne plus être obligé de commander à l'étranger. Je pense pouvoir dire aujourd'hui que le pari est gagné !"

Le Garrec

 

A propos de l'auteur