We Van You Fish

Bella Ciao Marmorata !

pêche marmorata

Ça y est, la pêche de la truite vient de fermer. Il est l’heure de remonter dans le temps et de se souvenir des bons moments. Cet été, j’ai passé des vacances familiales en camion aménagé du côté du bassin Adriatique. Au programme : visites des très jolis lacs environnants, des monuments et retour à l’essentiel avec les enfants. Bien sûr, vous l’aurez compris, je ne pars jamais sans ma canne. Elle me suit partout. Ce voyage, c’est comme un rêve de gosse. Depuis tout petit, je visionne des reportages sur ces régions et leurs très belles rivières. J’avais pris grand soin de préparer notre road-trip quelques mois à l’avance pour visiter au maximum ces deux pays et surtout en fonction des rivières que je pouvais pêcher (je tiens d’ailleurs à remercier celui qui se reconnaîtra pour les bons plans !). Cela impliquait bien sûr de prendre le permis en amont en fonction de l’avancée de notre périple.

Je vais vous raconter une petite journée que j’ai particulièrement aimée.

Image
rivière adriatique
Texte

Nous sommes arrivés le soir tranquillement dans cette vallée pour passer la nuit. Nous avons cherché l’emplacement idéal au plus près de la rivière, loin de l’agitation des vacanciers. Après un bon repas et un repos bien mérité, je décide de partir voir le profil de la rivière. Elle serpente au gré des gours et des rapides. L’eau est fraîche et cristalline : une rivière comme je les aime. Suite à cette reconnaissance rapide, je rentre au camion préparer mon matériel pour le lendemain matin.

La nuit est courte : réveil à 5h30 (pas idéal dans cet espace confiné mais bon, les enfants s’habituent vite). La lueur du matin me laisse entrevoir une belle journée. Je prends mon temps pour déjeuner en écoutant la nature qui s’éveille.. Une petite brume recouvre la rivière, créant une atmosphère onirique. J’enfile mes baskets et quelques minutes plus tard, mes pieds trempent dans une eau rafraîchissante.

Mes premiers lancers ne sont pas terribles : ils atterrissent dans les branches ! Allez Mickaël, réveille toi ! Je ratisse méticuleusement le courant au D-Incite pour commencer. Mes leurres varieront au fur et à mesure de ma progression dans le courant tant les profils différents s’enchaînent. Je me rends vite compte que les poissons ne sont pas de sortie. Ces dames se font désirer… C’est très frustrant de ne pas voir le bout d’une nageoire dans ces piscines naturelles.

Le soleil continue sa course et la rivière sort de l’ombre.. Quelques silhouettes de salmonidés se profilent enfin. J’adopte une nouvelle stratégie : je propulse mes leurres au maximum de mes limites, en léchant chaque pierre au plus près. Le résultat ne se fait pas attendre : enfin mes premières touches. Une , deux, trois, quatre, cinq… c’est l’effervescence dans la rivière ! Les robes de ces dames sont remarquables : elles sont complètement "camouflage". D’ailleurs, j’aperçois en premier l’ombre avant le poisson lui-même.

Image
marmorata
Image
marmorata
Texte

Il est bientôt l’heure de regagner le campement. Ciao bella !! Ci vediamo!

A mon retour au camion, la famille au complet vient de se lever. J’en profite pour prendre une petite collation avec mes loulous. Mon grand trépigne d’impatience : « Papa, tu as pris quoi ? Montre nous ! » Je lui montre mes prises du jour, non sans une certaine émotion. Le partage d’une passion est là.

A cet instant, nous nous sentons tous les quatre en harmonie avec ce lieu si paisible et passerons la journée au bord de l’eau afin de nous ressourcer un maximum. Les enfants construisent un bassin avec les galets pendant que je sirote ma bière dans mon hamac, les doigts de pieds en éventail.

Image
Mickael Ponchon
Texte

Allez, encore quelques ricochets avant de faire le coup du soir.

Le soir venu, j’approche la rivière sous un autre angle. Mon objectif : essayer de prendre une Marmo un peu plus grosse. Vu le profil de la rivière, je sais pertinemment qu’elle ne pourra pas m’offrir un très gros spécimen.

Je scrute chaque courant, chaque trou, chaque caillou. J’avance à pas de loup, en essayant au maximum de ne pas faire rouler les galets sous mes pieds. J’ai l’impression d’être un Sioux…

Je veux mettre toutes les chances de mon côté. Je force mon ombre à rester derrière moi tout au long de ma quête. Tout à coup, je repère ce fish dans la veine d’eau principale. Il se décale sous cet arbuste. Je pense être repéré alors je m’assois et j’attends.

Au bout de quelques minutes, Madame regagne ses pénates. J’envoie mon leurre le plus loin possible en haut de ce courant pour faire un arc de cercle au dessus d’elle. La stratégie s’avère payante : la Magical Trout est mise à rude épreuve. La gaillarde a du punch ! J’ai du contrer son rush à plusieurs reprises pour l’empêcher de se planquer à nouveau. Je la filoche, prends quelques photos puis la remets à l’eau.

Image
marmorata
Texte

Je reste sur cette petite victoire car j’ai déjà bien crapahuté. Une journée de vacances comme on les aime !

A propos de l'auteur

Mickaël est né dans la région Rhône Alpes où il a fait ses premiers pas en eaux vives. Son grand père a commencé à l'initier à la pêche à partir de 5 ans et son…