Truite aux leurres : optimisez votre stratégie de pêche !

Pêche truite aux leurres

Comment prendre plus de truites aux leurres ? 

Contrairement à la plupart des approches visant la truite, la pêche aux leurres mise sur l'agressivité du poisson. Ainsi, une truite n'attaque pas forcément un leurre vibrant pour se nourrir, mais plutôt pour chasser un intrus ayant fait irruption dans son territoire. Cette caractéristique de la pêche aux leurres fait que son efficacité est extrêmement fluctuante (plus encore que celle des techniques misant sur l'effet "appât naturel") car l'agressivité d'un salmonidé varie énormément selon le poisson considéré et pour un poisson donné, selon le moment de la saison. Ainsi, et surtout si l'on débute, il est important de retenir cette règle générale de base : plus les truites visées sont agressives, mieux elles répondent à un stimulus vibratoire. La stratégie de pêche consiste donc à rechercher les poissons les plus agressifs possible. Où sont-ils ? qui sont-ils ? voici quelques éléments de réponse :

Texte

Où rencontrer des truites agressives ?

Le réseau hydrographique salmonicole français est extrêmement varié à la fois en matière de type de milieux et de souches de truite. Certains endroits sont plus adaptés que d'autres à la pêche aux leurres. Schématiquement, il existe 4 grandes catégories de parcours abritant des poissons régulièrement réceptifs aux leurres :  

  • Les parcours à truites de pisciculture : sont inclus dans cette catégorie les secteurs abritant des truites introduites au stade d'alevin ou carrément des truites portions. Une truite née en pisciculture va conserver tout au long de sa vie une certaine forme d'agressivité et donc de réceptivité au signal vibratoire. On peut même dire que plus une truite est introduite tardivement dans le milieu naturel (au stade adulte de truite portion ou de géniteur réformé par exemple) et plus cette caractéristique intrinsèque est marquée. Pour les décider, pas mieux qu'une cuillère tournante ou qu'un poisson nageur suspending énergiquement jerké ! Pourquoi aujourd'hui, tant de pêcheurs français franchissent les Pyrénées pour prendre une grosse truite aux leurres en Espagne ? tout simplement parce que l'Espagne comporte de nombreux parcours (dits "intensivos") dont les truites possèdent une part importante de gènes de pisciculture (dits "gènes domestiques")...
Image
pêche truite aux leurres
Légende
Les truites de pisciculture répondent toujours très bien aux leurres
Texte
  • Les parcours à gros poissons : en avançant dans l'âge, les truites sauvages deviennent de plus en plus ichtyophages, c'est-à-dire consommatrices de poisson fourrage. Cette situation est d'autant plus marquée qu'elles cohabitent avec des cyprinidés d'eaux vives (vairon, goujon) et également pour un cours d'eau donné, en période estivale où ces poissonnets sont plus actifs. C'est notamment le cas des portions aval des grandes rivières de montagne, des résurgences, et de certains lacs de moyenne montagne. Face à ces individus vieillissant en recherche d'une pitance bien protéinée, la pêche aux leurres conserve de très bonnes chances de réussite tout au long de la saison. Voir notre article sur la pêche des grosses truites en France.
Image
pêche leurres
Légende
Les grosses truites sauvages réagissent bien aux leurres : notre auteur Pierre l'a bien compris !
Texte
  • Les milieux de haute montagne : passé 1700m, la rudesse des conditions de vie décuple l'agressivité et l'opportunisme des salmonidés, que ce soit en lac ou en torrent. Ils sont ainsi plus régulièrement réceptifs aux leurres que leurs homologues de plaine. A ce propos, vous pouvez consulter notre article spécifique sur la pêche de ces torrents de montagne.
Image
pêche lac de montagne
Légende
Plus l'altitude est haute, plus la pêche aux leurres est régulièrement efficace !
Texte
  • Des circonstances où la naïveté des poissons est décuplée : ce sont des parcours peu fréquentés (difficiles d'accès, privés...etc), ou des situations plus anecdotiques comme l'ouverture à la pêche d'une réserve ou d'un no-kill par exemple. Dans ces cas là, les poissons sont très agressifs. Pour preuve les résultats exceptionnels qu'ont obtenu les pêcheurs aux leurres sur la Bienne (39) lors de sa ré-ouverture à la pêche en 2012. Globalement, il faut garder à l'esprit qu'en matière de pêche aux leurres, plus que pour toute autre technique, la capturabilité des poissons diminue drastiquement à mesure que la pression de pêche par ce biais-là augmente. Pour s'en convaincre, il suffit d'observer l'évolution du comportement des truites au cours des manches de Trout Area : des poissons de pisciculture initialement très facilement capturables deviennent subitement rétifs et les participants doivent alors se creuser les méninges et changer l'offre pour les décider.
Image
pêche truite leurre
Texte

Quand rencontrer des truites agressives ?

Nous l'avons vu au paragraphe précédent, l'agressivité d'une truite qui conditionne sa capturabilité aux leurres dépend étroitement du "type" de truite à qui l'on a à faire, mais également, pour un individu donné, du moment de la saison. Pour caricaturer et dégager de grands principes de bases, voici les 3 moments clés de la saison pour le pêcheur aux leurres :

  • Le début de saison : à l'ouverture et dans les quelques semaines qui suivent, une conjonction de facteurs est réunie en faveur de la pêche aux leurres. Tout d'abord à ce moment de l'année, les truites n'ont pas croisé un hameçon ni un pêcheur depuis de longs mois et sont donc relativement naïves. De plus, elles sortent affaiblies de la période de reproduction, ce qui les rend voraces alors que la nourriture n'est souvent pas très abondante dans leur environnement naturel. Elles sont ainsi très réceptives à un signal vibratoire. Dans de nombreuses rivières françaises, il est fréquent d'observer que les pêcheurs aux leurres obtiennent de bons résultats au mois de Mars alors que les choses se compliquent dès que l'eau se réchauffe en post-fonte des neiges par exemple... Dans ces cours d'eau, les techniques misant sur le stimulus alimentaire (pêche en dérive) sont plus régulièrement porteuses. Ce phénomène est également flagrant dans les lacs de montagne situés à moins de 2300m environ : dans le mois qui suit le dégel, la pêche aux leurres est d'une rentabilité déconcertante alors que plus tard, lorsque l'eau s'est bien réchauffée et que la nourriture abonde, les truites se désintéressent parfois totalement des poissons nageurs, obnubilées qu'elles sont par les petits insectes qui dérivent en surface !
Image
pêche leurre
Légende
A condition que les eaux soient "en place", le début de saison est propice à la pêche aux leurres...
Texte

Les particularismes locaux

Au-delà de toutes les considérations évoquées dans cet article, il est intéressant de noter que certaines souches de truites françaises répondent mieux que d'autres aux leurres, sans qu'il soit vraiment possible de l'expliquer... Il semblerait que cette caractéristique soit en quelque sorte "écrite" dans le code génétique des poissons et il est alors difficile de prévoir la capturabilité des truites de la rivière X ou Y sans connaître la population en question. Pourquoi certaines truites méditerranéennes de l'est de la France, sur la rivière d'Ain, le Guiers ou l'Albarine par exemple, sont particulièrement réceptives aux leurres alors que d'autres souches, dans le Couserans ariégois par exemple, réagissent rarement à ce signal ? c'est toute la magie de la pêche de nous réserver toujours une part inattendue et hors de portée d'articles pragmatiques comme celui-ci ! 

Image
pêche fario
Texte
  • La période faste du printemps : pour chaque type de rivière, il existe un moment à la fin du printemps durant lequel tous les voyants sont au vert : bon niveau, température optimale autour de 12°C...etc etc. Dans cette période, tout fonctionne et la pêche aux leurres également. Cela ne dure généralement qu'une poignée de jours, mieux vaut être au bord de l'eau à ce moment là !
  • La fin de saison : l'approche de la fermeture automnale et les premiers jours qui suivent en seconde catégorie sont généralement porteurs lorsqu'on opère aux leurres car l'agressivité des truites est alors décuplée par l'approche du fraie. Serait-ce d'origine hormonale ou en raison du refroidissement de l'eau ? toujours est-il que les poissons, souvent désintéressés en période estivale, retrouvent dans ces conditions une certaine appétence pour les leurres.
Image
pêche leurre lac de montagne
Légende
La période du dégel : moment clé de la saison pour le pêcheur aux leurres en lac d'altitude...
Image
pêche truite leurre
Légende
... tout comme le début de l'automne en grande rivière !

A propos de l'auteur