Guideline LPX

La pêche du brochet à la mouche en hiver

pêche mouche brochet

L'hiver n'est pas la période la plus favorable pour la pêche du brochet, notamment à la mouche. Toutefois, en ajustant correctement cette technique, il est tout à fait possible de faire de belles pêches. Les soies intermédiaires et plongeantes sont de mise. Elles permettent de présenter votre streamer à une profondeur plus importante qu'avec une soie flottante, ainsi que de pêcher plus efficacement en rivière où le courant limite la descente de la soie et donc celle du streamer. Néanmoins il existe quelques situations où la soie flottante peut être utilisée en ces temps hivernaux. Nous allons voir ça plus en détails dans les propos suivants.

Texte

Les eaux courantes

En période hivernale, les rivières ont un débit assez conséquent, voire important. Nous allons aborder les deux principaux types de situation que l'on rencontre : 

Le premier contexte est une rivière qui est à son niveau normal, voire haut, mais sans sortir de son lit. L'eau peut être claire ou teintée (nous reviendrons plus tard sur le choix des coloris à adopter en fonction de la situation). Dans ces conditions, il faut trouver les bancs de blancs. Les carnassiers ne sont jamais loin de leur garde-manger. En général les bancs de poisson fourrage se situent dans les fosses. Nous les trouvons aussi dans des zones peu profondes à condition que des structures telles qu'un pont, une écluse ou encore une arrivée d'eau les fixent. Si le courant est important, les bordures abritées, et les bras morts concentreront une grande partie des poissons de la rivière.

A cette période de l'année, j'utilise uniquement des soies plongeantes en rivière, plus exactement des soies flottantes à pointe plongeante, plutôt qu'une soie entièrement plongeante. Cela évite de créer un ventre trop important dans la soie. Ainsi, streamer, bas de ligne et soie seront bien alignés dans l'axe de la canne, ce qui produira un ferrage bien plus efficace, surtout à longue distance. Pour rappel, les soies plongeantes sont indiquées par une lettre et un chiffre, comme par exemple S3. Le "S" signifie sinking (plongeant en anglais). Le chiffre qui le suit représente la vitesse de plongée de la soie en pouce par seconde. Donc une soie de type S3 plonge à une vitesse de 3 pouces par seconde, soit 7,6 cm par seconde. Même si la profondeur n'est pas excessive, ce type de soie permet de contrer l'effet du courant qui limite la descente. De ce fait, votre streamer atteindra plus aisément la profondeur souhaitée. C'est pourquoi le choix de la soie dépend bien évidement de la profondeur mais aussi de la force du courant. A profondeur égale, plus le courant sera fort, plus la soie utilisée devra être rapide à l'immersion.

La deuxième situation que l'on rencontre à cette période de l'année est la crue. Il n'est pas toujours aisé de pêcher dans ces conditions. L'eau est très trouble, mais pour moi cela ne rend pas les poissons inactifs, bien au contraire. Une rivière en crue peut être dangereuse pour le pêcheur (que ce soit du bord ou depuis une embarcation). Évitez de prendre des risques inutiles. Lors des fortes crues, il peut être préférable que vous vous rabattiez sur des eaux closes pour des raisons de sécurité. Je vais cependant vous parler de mon approche, car il existe des solutions sans prendre de risques inconscients.

Dans ce contexte, je recherche les bras morts ou les bras d'écluses qui sont abrités des courants. Ces zones calmes regroupent beaucoup de poissons, aussi bien le fourrage que les carnassiers. Je les aborde toujours en float tube, j’évite ainsi un bain forcé si je m’avance trop près de la berge de la rivière où le fond peut tomber d'un coup. Il faut cependant être sûr qu’aucun barbelé ne soit présent sur la zone. Une reconnaissance à pied avant la crue est fortement recommandée.

L'utilisation d'une soie plongeante est une évidence lorsque l'on pêche la zone qui est habituellement en eau. Par contre, les bordures inondées étant moins profondes, une soie intermédiaire devient un atout majeur. Cette dernière vous permet de pêcher plus lentement, ce qui est bien souvent la clé de la réussite à cette période. Les brochets sont aussi bien positionnés à l'entrée de l'amorti qu'au fond du bras mort dans les arbres immergés par la crue, ou carrément sur le pré inondé. La soie flottante retrouve du service sur ces étendues d'herbe. N'hésitez pas à peigner méticuleusement la zone, à changer de coloris et d'animation. Quand une rivière est en crue, il y a forcément un brochet qui est venu s'abriter du courant... la persévérance finit par payer !

Image
pêche mouche brochet
Légende
Rivière en crue, rien n'est perdu !
Texte

Les eaux closes

Que ce soit en ancienne ballastière, en petit étang ou en grand lac, c'est la profondeur du milieu qui détermine la pêche à cette saison. En effet, elle conditionne la présence ou non d'une stratification thermique et le degré d'influence de la température de l'air :

Lorsque l'on a différentes eaux closes à brochet près de chez-soi, ce sont les conditions climatiques du moment qui dictent le choix, mais aussi celles des jours précédents qui influent directement sur la température de l’eau. Tous ces facteurs météo conditionnent le positionnement des poissons dans la couche d’eau. Lorsque le temps est doux depuis quelques temps, un étang peu profond peut être productif. A contrario, si le temps est très froid, il vaudra mieux choisir un milieu où il est possible de pêcher profond, comme le sont souvent les ballastières ou les grands lacs.

L'étang peu profond

Pour commencer la journée sur ce genre de biotope, il est préférable de prospecter les zones les plus profondes si aucune activité de la part des poissons blancs n'est manifeste en surface. A partir de la fin de la matinée, il peut être bon de pêcher les zones shallow (peu profondes), comme les bordures de bois mort, les hauts fonds où un petit tapis d'herbier peut encore être présent, notamment si le soleil est de la partie. Les poissons blancs profitent de temps en temps des heures les plus chaudes pour s'aventurer sur les berges ensoleillées.

Le choix de la soie tient compte de la profondeur de la zone pêchée. Bien souvent, pour pêcher lentement un milieu peu profond, une soie intermédiaire voire une plongeante de type S3 sera bien suffisant. La soie flottante peu bien évidement être utilisée pour pêcher les zones peu profondes au plus chaud de la journée. Cela vous permettra de pêcher lentement, là où une soie intermédiaire finirait par gratter le fond. Il faut quand même savoir qu'à cette saison, la plupart des poissons resteront dans la zone la plus profonde. Insistez-y à plusieurs moments de la journée car c'est elle qui vous rapportera souvent plus de poissons que n'importe quel autre secteur de l'étang.

Lac et ballastière

Ces milieux plus ou moins grands offrent en général des zones profondes où se concentrent bien souvent les bancs de poissons blancs. Elles vont communément au-delà des 5 mètres, voire 10 mètres dans certains cas. C'est aussi là que l'on trouve la limite de la thermocline. En-dessous de cette profondeur, la température de l'eau reste constante durant l'hiver et supérieure à celle de l'eau de surface. Les poissons y trouvent un certain confort non négligeable. Globalement ils n'en bougent pas beaucoup au court de la journée.

Ici, les soies plongeante sont reines. Vous pouvez utiliser des références de S3 à S7 suivant la profondeur de pêche. Si vous possédez un écho-sondeur, il vous sera d'une grande aide pour repérer les zones où les bancs de poissons fourrage se regroupent. Les brochets peuvent aussi bien se poster en pleine eau, comme près d'une cassure, d'un rocher...ect.

Traquer le brochet à la mouche dans des profondeurs allant de 5 à 10 mètres n'est pas des plus plaisant, mais pour les plus mordus, la perspective de prendre l'un des géants qui hantent nos eaux française est bien réelle !

Image
pêche mouche brochet
Texte

Le choix des streamers

La couleur

Que ce soit en rivière ou en lac, lorsque l'eau est transparente, les streamers de couleurs naturelles (coloris perche, gardon, brème...ect) ou claires (blanc, bleu et blanc, rose et blanc...ect) sont à privilégier.

Tandis que dans les eaux teintées, comme par exemple en rivière lors d'une crue, les coloris sombres et flashy sont de mise. J'aime utiliser le noir, le jaune, l’orange, le chartreux, le fire tiger (attention ce dernier fonctionne bien aussi par eaux claires !). Ces quelques coloris cités vous aideront dans le choix du streamer lors de votre partie de pêche mais sachez que tous les coloris sont susceptibles de capturer un brochet, et ce peu importe les conditions.

La taille

La pêche du brochet en hiver est l'occasion de sortir les gros streamers. Les demi-poulets de 25 cm et plus nagent de bon train. A cette saison, les grands brochets se portent principalement sur de grosses proies. Le temps d’activité étant très court, il leur faut rapidement se remplir l’estomac.

Outre la longueur, le volume du streamer a une importance à cette saison. Plus le streamer sera volumineux, et plus la quantité d'eau qu’il déplacera sera importante. Ces mouvements d’eau sont perçus de loin par les brochets. L’avantage de pêcher avec des streamers volumineux est que l’on peut réduire la taille des imitations. C'est un avantage pour ceux qui ne sont pas à l’aise dans le lancer des grosses mouches (elles réclament beaucoup de maîtrise notamment de la double traction), ou tout simplement si vous ne possédez pas le matériel adapté... une canne pour soie de 10, voire 11, est la plus adaptée pour envoyer du lourd !

Image
pêche brochet mouche
Image
streamer
Texte

Animation

Bien souvent en cette période hivernale, l'activité des poissons est faible. Il est donc préférable d'avoir une animation très lente entrecoupée de longues pauses qui peuvent durer plusieurs secondes. Mais la pêche n'est pas une science exacte, donc si les touches tardent à se faire sentir, n'hésitez pas à sortir des règles théoriques de la saison : une animation agressive, qu’elle soit rapide ou lente, peut parfois déclencher un ou deux poissons sur une journée qui semblait complètement calme.

Une animation qui fonctionne bien en cette période est le rolly polly lent et régulier. En ramenant très doucement près du fond ou entre deux eaux sans changer la vitesse de récupération, cette technique a la qualité de rapporter gros. Vous pouvez aussi pêcher sur le fond en laissant le streamer inerte pendant plusieurs secondes avant de l'animer pour le laisser retomber à nouveau. Cette animation n'est globalement pas la plus efficace, mais mérite d'être essayée à cette saison pour déclencher des attaques sur des poissons récalcitrants. Bien entendu, il est préférable de pratiquer cette technique sur des fonds très propres pour limiter les accrocs à répétition.

Lorsqu'on pêche le brochet à la mouche en hiver, les prises ne seront pas régulières et il faudra redoubler d'effort. Sachez toutefois que cette période est aussi l'une des meilleures pour réaliser la capture d'un brochet record... Affûtez vos hameçons, vérifiez vos bas de ligne et partez traquer le brochet de votre vie !

Image
pêche mouche brochet
Légende
L'hiver est un moment clé pour prendre un vrai gros !
Marryat Tactical Pro

A propos de l'auteur

Marc est originaire de Charente Maritime, il a pris goût à la pêche au fouet en montant ses premières mouches, qui vont très rapidement lui faire prendre ses premières…