Pêche dans la Clarée, perle du Briançonnais

pêche vallée de la Clarée

La Clarée est une rivière exceptionnelle du nord des Hautes-Alpes, que ce soit d'un point de vue halieutique ou naturaliste. Elle prend sa source au niveau du seuil des Rochilles, à 2 450m d'altitude, puis s'écoule dans une vallée préservée, sur plus de 30 km. Son cours peut être divisé en trois sections dont les caractéristiques hydromorphologiques sont assez différentes. Le pêcheur doit tenir compte de leurs singularités pour les aborder correctement, c'est à dire au bon moment et de la bonne façon.

Texte

Situation climato-géologique : 

La vallée de la clarée bénéficie d'une influence climatique méditerranéenne caractérisée par des précipitations assez faibles. L'essentiel se fait en hiver sous forme de neige. Les températures sont très variables : les hivers sont rudes et les étés secs et assez chauds. Le régime est purement nival. En début et fin de saison, sous réserve de conditions climatiques normales, les étiages peuvent être marqués. La fonte des neiges débute généralement courant avril et se termine courant juin. Les terrains qui constituent la vallée de la Clarée sont très divers, la partie basse étant plus calcaire, elle offre de bonnes conditions de grossissement aux poissons (relativement à l'altitude bien sûr). La Clarée est encore préservée de l'hydroélectricité. La seule micro-centrale à signaler se trouve en amont de Névache et court-circuite un tronçon long de quelques centaines de mètres.

Image
pêche Clarée
Texte

cbga"Des roches siliceuses, appartenant à la fin de l’ère primaire sont abondantes en Haute-Clarée.   Elles confèrent à l’eau un pH plutôt acide. Déjà présents en Haute-Clarée mais plus abondants en Basse Clarée, les terrains sédimentaires de l’ère secondaire sont composés de beaucoup (mais pas seulement) de roches carbonatées (calcaires et dolomies) déterminant des eaux de pH moyen voire légèrement basique (eaux dites « dures » du fait de leur richesse en carbonate de calcium). La variété des substrats donne un mélange des eaux qui fait de la Clarée une rivière dont les Briançonnais tirent l’essentiel de leur consommation en eau potable." Raymond Cirio, Président du Centre Briançonnais de Géologie Alpine

Image
pêche clarée
Texte

De la source à Névache

Le cours amont de la Clarée est accessible à partir du village de Névache en empruntant la D3011. Cette route donne accès à la Haute Vallée et son terminus se situe à 2030m d'altitude. A partir de là, il faudra continuer à pied pour profiter des torrents et lacs d'altitude qui donnent naissance à la rivière qui fait l'objet de cet article. 

Le long de cette petite route goudronnée, la Clarée qui coule en contrebas, sur votre gauche en montant, fait environ 5m de large. Elle alterne entre plateaux herbeux où son flot s'assagit et portions cascadeuses (cascades de Débaret, Fontcouverte), au gré de la pente fluctuante. Les points d'accès se situent généralement au niveau des replats, on peut citer entre autres les ponts de la Souchère et du Jadis. Les saumons de fontaine, introduits il y a de nombreuses années et maintenant parfaitement acclimatés, sont omniprésents aux alentours du parking terminal et en descendant jusqu'à environ 1900m, altitude en dessous de laquelle les truites farios sauvages de souche méditerranéenne deviennent majoritaires.

Image
pêche Clarée
Légende
La Clarée après le terminus de la route
Image
pêche clarée
Texte

Cette portion supérieure se singularise de l'aval car elle reste claire durant la majeure partie de la saison (seul des orages violents ou une fonte brutale parviennent à la teinter) et sa topographie lui confère de bonnes qualités pêchantes par fort débit. C'est d'ailleurs au printemps, avant que l'étiage estival ne s'installe, que les plus beaux poissons de ce secteur sont capturables. Comme dans les biotopes de haute montagne comparables, la fin de la fonte des neiges (quand les eaux sont encore tendues mais claires depuis un moment) est le moment clé ! Les poissons peuvent atteindre des tailles respectables au vu de l'altitude : les truites d'une trentaine de centimètres ne sont pas rares. Pour la petite histoire, notre auteur globe-trotter Benjamin y a capturé en 2015 un magnifique spécimen de 40cm en sèche à vue !

Toutes les techniques sont susceptibles d'être couronnées de succès, c'est d'ailleurs le cas sur la totalité du linéaire de cette rivière, à vous de mettre en balance vos goûts personnels et l'humeur des truites, comme d'ordinaire. A noter qu'en été, l'accès réglementé à la haute vallée nécessite d'emprunter un système de navette, à partir du parking de Névache.

Meilleures périodes : juin (fin de la fonte des neiges)

Image
truite Clarée
Texte

De Névache à Plampinet 

A Névache, se trouve un parcours no-kill réservé à la mouche artificielle, très fréquenté car idéalement placé pour les pêcheurs vacanciers.

En aval du camping, le Roubion se jette dans la Clarée, rive droite. Si l'impact de ce ruisseau peut sembler anecdotique au vu de son débit, il est en réalité majeur : en période d'eaux fortes printanières ou d'orages estivaux, il se charge rapidement et confère à la Clarée aval une teinte jaunâtre peu ragoutante (sans qu'elle ne soit forcément néfaste à l'activité des truites). Ainsi, celui qui cherche de l'eau claire en ces circonstances aura intérêt à monter au dessus de la confluence avec cet affluent. Le parcours qui débute à ce niveau est d'ailleurs très bon.

En descendant vers Plampinet, le profil est globalement caillouteux, rapide et les postes restreints. Quelques profonds viennent rompre la monotonie de cette section. A ce niveau, la Clarée se prête bien à la pêche au toc et reste favorable en présence d'eaux basses de par le brassage important. Celui qui affectionne les pêches rapides d'angles de pierre sera ravi par ce profil.

Cette topographie se poursuit jusqu'en aval de Plampinet (jusqu'au point 1445m de la carte IGN), portion rectiligne où la rivière s'éloigne de la route. Les postes sont nombreux et variés mais toujours relativement modestes, de par le substrat hétérogène. La précision est de mise dans l'acte de pêche. 

Meilleures périodes : toute la saison en dehors des périodes d'eaux fortes

Image
Pêche Clarée
Texte

Natura2000"Le marais de Névache fait partie des plus grands complexes humides du département. Sa particularité est d’accueillir une flore de milieux froids et des espèces connues dans la partie septentrionale de l’hémisphère nord ou dans la zone eurosibérienne. Constitué d’une mosaïque de milieux (bas-marais, prairies humides, peuplements de saules), il abrite des espèces végétales protégées comme le Dactylorhize couleur de sang, l’Herbe aux bisons ou la Laiche à deux étamines. La Grande Bélière, adoux de la Clarée, serpente dans le marais et permet la reproduction de la Truite fario. Le Cincle plongeur et le Chevalier guignette fréquentent le marais ainsi que le campagnol amphibie. Ces milieux humides constituant le marais font partis des 35 habitats communautaires du site Natura 2000 de la Clarée. Des financements peuvent être mobilisés pour maintenir leur état de conservation." Tiphaine Lavigne, chargée de mission Natura 2000 "Clarée"

Image
Pêche Clarée
Légende
Jean-Michel Brunet, guide de pêche local, en action dans le no-kill de Névache
Image
pêche Clarée
Légende
L'amont de Val-les-Prés en plein été
Texte

De Plampinet à la confluence avec la Durance

La portion la plus aval de la Clarée est, logiquement, la moins pentue. Si la largeur de la rivière reste assez constante (environ 6/7m en moyenne), la configuration des postes, elle, change un peu : le diamètre des blocs constituant le substrat diminue, les parties sableuses sont plus fréquentes et longues, le profil s'aplanit et la lecture d'eau devient plus subtile.Ici, se succèdent des lames assagies relativement profonde dont le courant jouxte des caches boisées, et des secteurs à radiers plus ou moins longs. La pêche est avant tout affaire de veines d'eau d'intensité moyenne, de maigres et de prospection d’embâcle. Globalement, la proportion entre ces configurations est assez équilibrée, ce qui permet d'établir d'intéressantes stratégies de pêche. A noter la présence d'un parcours no-kill à Val Les Près, dont le profil est assez caillouteux et rapide (comme celui de l'amont de la vallée) ainsi que d'un ponton de pêche pour personne à mobilité réduite au lieu dit “les Alberts“, sur cette même commune. Quelques kilomètres en aval, au pont des Amoureux, juste avant la Vachette, la Clarée reçoit les eaux de la Durance (qui n'est alors qu'un torrent de quelques décimètres de large) et perd son nom au profit de cette dernière.

Image
pêche clarée
Texte

En mars, si la météo est de saison, les eaux sont très basses et claires, ce qui ne facilite pas l'approche. Les truites privilégient alors les appâts de petite taille et les nymphes sont sans conteste les meilleures armes pour réussir. Pour rivaliser aux appâts vivants, il faut souvent s'en remettre aux larves de ryacophila qui pullulent entre les cailloux. Elles sont très utilisées par les locaux qui les appellent « mille-pattes ».  A partir d'avril et durant la fonte, la rivière se teinte durablement et il est sans doute possible de réussir aux appâts naturels si la pêche en eaux troubles ne vous rebute pas. L'été, la pêche est assez irrégulière et les poissons mordent selon des périodes difficiles à prévoir. De plus, les berges de ces secteurs sont souvent colonisées par les touristes. On privilégiera donc la pêche aux extrémités de la journée. Les coups du soir peuvent être excellents et les éclosions assez importantes. A partir de la mi-août, lorsque les nuits deviennent plus longues et froides, l'étiage de fin de saison s'installe et la pêche change. Le milieu de journée voit le retour des éclosions de baetidés qui mettent les truites en chasse. La taille des poissons à cet endroit est importante compte tenu de l'altitude et du milieu : en pré-fonte des neiges par exemple, les poissons de 25-30 cm sont monnaie courante et celles dépassant 40 cm ne sont pas anecdotiques. Au delà de ces considérations triviales de centimètre, c'est sans conteste la qualité de la souche méditerranéenne qui reste l'attrait principal de ces truites. Cette qualité est rare et précieuse. Les truites de la Clarée sont des poissons rustiques, magnifiquement proportionnés et pleins de vitalité. La proportion d'individus maillés est impressionnante, signe d'une productivité excellente. 

Meilleures périodes : mars et septembre

Image
pêche Clarée
Légende
Les truites de la Clarée, une souche exceptionnelle
Texte

" Superbe rivière de Haute-montagne, la Clarée est éclatante de part sa beauté. Elle figure parmi les rivières les plus poissonneuses et les plus captivantes qui soient. Beaucoup la classe comme la rivière des Hautes-Alpes. Logée dans une vallée intime, le pêcheur qui a la chance de parcourir cette rivière de premier choix, a toujours l’impression de vivre un moment privilégié. Le poisson de qualité y est présent en fortes densités. De plus la Clarée possède de nombreux adoux, annexes hydrauliques indispensables constituant des zones de pontes et de refuges aux truites sauvages (méditerranéennes), endémiques (globalement à 84% d'après les dernières études génétiques). La vallée de la Clarée est entourée de lacs d’altitude (une dizaine). Les paysages sont grandioses et sauvages. Granit, eau et lumière s’harmonisent parfaitement. Selon les lacs, on peut pêcher truites fario, truites arc-en-ciel, saumon de fontaines et ombles chevalier. Différentes techniques sont utilisées : pêche aux appâts (à fond ou à l’anglaise), aux vairons maniés, aux leurres (cuillers tournantes et poissons nageurs…) ou encore à la mouche (fouettée ou train de mouches). Les « pêcheurs-randonneurs » pratiquent souvent le bivouac afin de profiter des fabuleux coups du soir et du matin. C’est alors un éblouissement que de leurrer son premier salmonidé lorsque, crevant la surface, il fera admirer sa magnifique robe mouchetée caractéristique." Florian Chirat, animateur à la Fédération de Pêche 05

Image
Pêche Clarée
Image
pêche Clarée
Texte

La clarée, parangon de la rivière saine et productive

La Clarée est l'une des rares rivières du Briançonnais épargnée par l'hydroélectricité. Son peuplement piscicole hors du commun représente à merveille ce que peut produire une rivière de montagne saine, épargnée par les agressions modernes anthropiques.

A la rédaction, nous considérons la Clarée comme l'une des (si ce n'est la) meilleures rivières à truite de montagne (la portion aval se situe quand même à plus de 1400 m d'altitude !) que nous avons eu le loisir de pêcher en France. Et pourtant, la réglementation reste peu restrictive : maille à 20 cm quota à 6... Quand certains pratiquants voient dans le durcissement réglementaire l'alpha et l'omega de la gestion halieutique, cela a de quoi laisser perplexe ! Elle est une énième preuve du constat sans équivoque suivant : quand la conformité du milieu est là, sans barrage destructeur de substrat, sans utilisation calamiteuse de la ressource en eau affectant sa quantité et sa qualité, les truites n'ont pas besoin de nous pour prospérer... ce n'est malheureusement pas si fréquent en France. Espérons que les décisionnaires locaux prennent conscience de cette valeur environnementale inestimable et la préservent encore longtemps de la convoitise des producteurs de kilowatts, bien représentés dans la région !

Texte

Informations utiles :

Liens utiles :

Fédération de pêche des Hautes-Alpes : http://peche-hautes-alpes.com/

Tourisme dans la Clarée : http://www.nevache-tourisme.fr/fr/

Hébergement :

Pour trouver un gîte à Névaches :

gite de france

 

Guides de pêche locaux :

Jean Michel Brunet : https://www.guidepeche05.net/

Sébastien Cartairade : https://www.guide-peche.com/

Cyril Espinasse : https://www.guidepechehautesalpeserrechevalier.com/

Détaillant local : 

Thibault Guilpain

Boutique Thib'eau Pêche

Tel: +33 4 92 21 36 09

thibeau-peche@wanadoo.fr

http://harvey-fly.com/fr/

A propos de l'auteur