Casa Vera - Pêche à la mouche dans le Haut Aragon, Espagne

Construction de la ligne en nymphe au fil (1/2) : soie et bas de ligne

ligne nymphe au fil

Après avoir abordé le choix de la canne (ici), passons maintenant à la construction de la ligne. Si la confection du bas de ligne de pêche en sèche a fait couler beaucoup d'encre, il semblerait que le débat ne soit pas prêt de faiblir non plus du côté des nympheurs. Malgré le fait que l'on ne fouette plus en nymphe au fil dans la majorité des situations rencontrées, les caractéristiques du bas de ligne lui confèrent des propriétés mécaniques influençant l'action de pêche. De même, différentes options sont possibles quant au choix de la soie utilisée en nymphe, chacune possédant des avantages et des inconvénients.

Texte

Dans les cercles de la pêche en nymphe au fil, on attribue certaines façons de procéder à différents pays d'Europe où les versions modernes de la technique se sont développées ces dernières années. Ainsi, il est fréquent d'entendre certains pratiquants parler de pêche "à la Tchèque", "à l'Espagnole", "à la Française", quand ce n'est pas de "roulette" ou "de ratafouillette"... Très souvent, c'est le montage utilisé qui permet de distinguer ces différentes approches. Nous vous proposons de mettre de côté ces appellations qui perdent le néophyte dans des considérations sémantiques, pour nous concentrer sur les différentes caractéristiques de chaque élément de la ligne et la façon de les modifier pour trouver le montage final qui colle le mieux à votre pratique. En nymphe au fil, la ligne est constituée de l'enchaînement corps de ligne / bas de ligne / indicateur / pointe.

Détaillons-les successivement : 

Le corps de ligne : 

Comme évoqué précédemment dans l'article sur le choix de la canne, le lancer en nymphe au fil moderne consiste à effectuer un coup de poignet unique pour propulser les nymphes lestées, sans utiliser l'inertie de la soie. Ainsi, elle ne sert quasiment plus à rien. Une soie de taille standard devient même handicapante lorsqu'elle dépasse du scion dans les pêches à grande distance (plus de 5/6m)  car elle crée un ventre dans la bannière qui fait draguer les nymphes dès leur point d'impact à la surface de l'eau et perturbe ensuite la dérive naturelle (et ce d'autant plus que les nymphes sont légères).

3 solutions s'offrent à vous pour remplir votre moulinet, chacune présentant des avantages et des inconvénients. On peut le garnir avec :

  • du nylon : 

C'est une solution radicale, très utilisée en Espagne (pesca al hilo), pour s'affranchir de l'influence de la soie. Le moulinet est rempli de nylon fluorescent, généralement en 18/100, auquel on attache directement la pointe du bas de ligne grâce à un micro-anneau ou une micro boucle. Si l'on choisit un nylon neutre pour garnir le moulinet (plus durable que le fluo), on intercale l'indicateur fluo avant la pointe. Cette option permet d'effectuer des dérives longues et propres (la légèreté d'un nylon en 18/100 n'a aucune influence sur la dérive) mais la glisse dans les anneaux des cannes mouche (inadaptés à du monofilament rappelons-le) devient compliquée, notamment en cas de pluie, et nécessite une certaine habitude gestuelle pour propulser efficacement les nymphes. De plus, il est totalement impossible de passer de la nymphe à la sèche sans changer de moulinet ou a minima de bobine. 

Bilan : 

Avantages : 

  • aucune incidence de la ligne sur la dérive, même à grande distance et avec des nymphes légères
  • sensibilité tactile accrue

Désavantages : 

  • vrillage du nylon à la récupération de la main gauche
  • lancer plus techniques à réaliser pour le néophyte
  • difficulté à lancer sous la pluie
  • sensation moins agréable à la récupération (critère subjectif)
  • pas de polyvalence immédiate
    Image
    pêche espagnole
    Légende
    Pêche légère et lointaine avec du nylon fluo uniquement : discrétion et qualité de présentation inégalées
    Texte
    • une soie de taille standard adaptée à la puissance de la canne : 

    Comme nous l'avons évoqué dans l'article sur le choix de la canne nymphe, certains modèles sont polyvalents et possèdent d'excellentes capacités à fouetter une soie pour pêcher en sèche (cpm élevée et PTE faible sont des conditions sine qua none). Ainsi, celui qui souhaite passer rapidement de la nymphe à la sèche en modifiant uniquement son bas de ligne peut très bien garnir son moulinet d'une soie de taille standard, généralement une 2, une 3 ou une 4 adaptée à la canne utilisée. 

    Lors des moments de pêche au fil, on veillera à allonger suffisamment le bas de ligne nymphe de façon à ce que cette soie "assez lourde" ne dépasse pas du scion durant l'acte de pêche (ou l'on choisira de pêcher plus prêt de soi pour maintenir l'extrémité de la soie dans les anneaux). De plus, le premier anneau de la canne choisie devra être situé assez proche de la poignée (moins de 45 cm) de façon à limiter la formation du ventre dans la soie entre la main droite et le premier anneau, lorsqu'on pêche canne haute. En effet, une soie de taille standard aura tendance à redescendre dans les anneaux et à faire draguer les nymphes.

    Bilan : 

    Avantage : 

    • polyvalence "immédiate"
    • pas d'adhérence au blank sous la pluie

    Inconvénients :

    • influence de la soie sur la dérive dans les pêches lointaines et/ou légères (d'autant plus néfaste que son numéro est important)
    • risque de descente de la soie dans les anneaux
    Image
    pêche nymphe au fil
    Légende
    Le risque avec une soie standard : création d'un ventre si le premier anneau est trop éloigné de la poignée
    Texte
    • une soie ultra-fine type 0.55mm :

    Ces nouveaux produits fleurissent aujourd'hui sur le marché suite à l'apparition des réglementations FIPS des compétitions internationales qui imposent un diamètre de soie minimum pour ces épreuves. Cette solution "intermédiaire" entre les deux précédentes est intéressante d'un point de vue technique car elle permet de conserver une bonne glisse en cas de pluie (la soie fine ne colle pas au blank mouillé), d'éviter les vrillages prématurés inhérents aux nylons fluo de l'option 1 et de limiter l'influence de la soie sur les dérives (grâce à son poids faible). Enfin, une soie fine est sans doute le genre de ligne le plus agréable à récupérer de la main gauche en cours de dérive (lorsqu'on ramène l'excédent de bannière), d'un point de vue tactile. Elle n'est toutefois pas apte à lancer une mouche sèche de façon optimale.

    Bilan :

    Avantages :  

    • peu d'influence sur les dérives mêmes lointaines
    • pas d'adhérence au blank de la canne en cas de pluie

    Inconvénient : 

    • pas de polyvalence immédiate
    Image
    soie nymphe au fil
    Légende
    D'un point de vue tactile, une soie ultra-fine est agréable à travailler de la main gauche
    Image
    soie nymphe au fil
    Légende
    3 solutions pour remplir votre moulinet : une soie standard, une soie ultra-fine ou du nylon
    Texte

    Le bas de ligne :

    Exactement comme en sèche, le bas de ligne en nymphe au fil présente 3 caractéristiques essentielles que l'on peut ajuster : 

    • la longueur
    • la conicité
    • le diamètre

    Détaillons chacune d'elles pour voir leurs influences respectives sur le comportement de la ligne : 

    •  La longueur : 

    La longueur du bas de ligne est la distance de nylon comprise entre l'extrémité de la soie et le début de la pointe.

    Plus le bas de ligne est long, plus la dérive est propre mais plus il est difficile à utiliser. 

    En effet, une longueur importante de bas de ligne permet de pêcher à bonne distance (environ 5/6m pour une 10'), sans que la soie ne dépasse du scion et ne vienne créer un ventre dans la bannière, ce qui ferait draguer les nymphes (surtout lorsqu'on utilise des nymphes légères, particulièrement sensibles au dragage). Seule la pêche à courte distance (moins de 5m) dans les petits milieux s'accommode d'un bas de ligne court (moins de 6m pointe comprise).

    NB : quelle que soit la longueur du bas de ligne, on ne pêche efficacement en nymphe au fil qu'à des distances assez modérées (la distance de pêche est d'autant plus faible que le couple vitesse/profondeur des postes est important).

    La principale limitation dans l'amplitude de pêche est causée par la relative faible longueur des cannes utilisées. Une 10'6 de moins de 3m30 n'est pas une canne anglaise de 3m90 en terme de contrôle de dérive ! Ainsi, inutile de penser effectuer une dérive convenable à plus de 10/12m avec une canne à mouche. 

    En pratique, la longueur qui permet d'atteindre les distances maximales réellement "pêchantes" tout en maintenant la soie dans les anneaux est d'environ 2 longueurs de canne pointe comprise. 

    Ainsi, si l'on pêche avec une 10' (3m), longueur standard pour la pêche au fil, un bas de ligne classique mesure 6m pointe comprise, soit environ 4.50m sans la pointe, ce qui permet de pêcher correctement (sans que la soie ne dépasse du scion) jusqu'à 7/8m. L'angle entre la canne et la bannière est alors de 90°environ, comme préconisé dans l'article de Matthieu sur la pêche en dérive.

    Image
    bas de ligne nymphe au fil
    Légende
    Bdl trop court par rapport à la distance de pêche : perturbation de la dérive par la soie dépassant du scion
    Texte

    Toutefois, un bas de ligne long ne présente pas que des avantages, notamment pour le débutant : il nécessite l'acquisition d'une gestuelle particulière pour être précis lors des lancers. Le bon réglage du timing de blocage arrière et de l'impulsion avant (exactement comme en sèche) est un pré-requis indispensable à une pêche précise. Il est également plus difficile à manier en cas de vent car moins directionnel, situation où il gagne à être raccourci. 

    • La conicité : 

    La conicité d'un bas de ligne désigne la diminution du diamètre du nylon entre la base attachée à la soie et la partie finale attachée à l'indicateur fluo.

    Plus la conicité est importante, plus le bas de ligne est directionnel, c'est à dire qu'il transmet franchement la direction donnée aux nymphes par le coup de poignet du pêcheur lors du lancer mais plus il influence la présentation (en imposant des diamètres de nylon importants).

    A l'inverse, un bas de ligne constitué de nylon uniquement ne présente aucune conicité. Ce bas de ligne est réservé aux pratiquants aguerris ou à la technique de pêche à la Roncari (voir encadré).

    La conicité du bas de ligne peut s'obtenir de plusieurs manières :

    • en confectionnant un bas de ligne à noeuds dégressif, en termes de diamètre de nylon et/ou de longueur de brins. On diminue progressivement le diamètre et/ou la longueur des brins au montage. Comme en sèche, il existe à ce niveau un nombre infini de combinaisons possibles. 
    • en utilisant des queues de rat sans noeud : d'une longueur généralement comprise entre 9 et 12m, le diamètre de départ est d'environ 50/100 et celui de la pointe d'environ 18/100. Il est ainsi possible de la retailler à sa guise. Comparativement aux bas de ligne précédents, l'absence de noeud favorise la glisse dans les anneaux, que ce soit au lancer ou lors de la récupération en cours de dérive. Inconvénient par rapport aux modèles à noeuds, cette option entraîne un coût plus important lorsqu'on renouvelle son bas de ligne ! 

    Un bas de ligne conique permet d'enchaîner plus vite les coups de ligne qu'un bas de ligne en monofilament (bas de ligne sans conicité), beaucoup plus "lent" à déployer. Une conicité importante est donc utile lorsque les coups sont restreints et rapprochés, comme c'est le cas en torrent (nécessité d'une grande précision et d'une vitesse de pêche importante).

    L'influence de la conicité est similaire à celle de la longueur : retenons que plus un bas de ligne est conique et court, plus il est directionnel, et donc facile d'utilisation pour le débutant (dans l'acquisition de la précision notamment).

    A l'opposé, l'inertie supérieure des nymphes nouées au bout d'un long brin unique de nylon sans conicité, nécessite des mouvements de lancer plus amples et lents qu'un bas de ligne à noeuds, de marquer un arrêt plus prononcé lorsque les nymphes parviennent en bout de course en position arrière. Ainsi, ils trouvent leur apogée dans la pêche des grandes veines d'eau, car ils sont bien adaptés aux longues dérives à distance.

    Dans les milieux exigus, encombrés où les mouvements du pêcheur doivent être serrés, un bas de ligne à noeud est plus facile à manier. De même en présence de vent, un bas de ligne conique propulsera plus efficacement les nymphes avec précision. Seul un nympheur expérimenté peut être précis avec un bas de ligne non conique dans les milieux confinés. 

    Image
    bas de ligne nymphe au fil
    Légende
    Pêche de précision en petit milieux avec un bas de ligne dégressif à noeuds de 6m maximum.
    Texte
    • le diamètre

    Le diamètre du bas de ligne permet de moduler le degré de conicité (par le différentiel de diamètre partie épaisse/partie fine) et dans le cas d'un monofilament unique, il doit s'accorder au poids des nymphes utilisées.  

    A longueur égale, plus le différentiel de diamètre partie épaisse initiale/partie fine finale est grand, plus le bas de ligne est conique et donc directionnel. 

    Un bas de ligne de 4m50 débutant en 45/100 et se terminant par du 18/100 est plus directionnel qu'un autre de même longueur débutant en 25/100 se terminant en 18/100.

    Lorsqu'on pêche uniquement avec du monofilament dans le moulinet, le diamètre du nylon est une affaire de compromis : 

    • trop fin, il vrille plus rapidement et a tendance à boucler au niveau du scion. 
    • trop gros, il handicape la glisse et lance moins efficacement les poids légers.

    Le 18/100 est un bon compromis pour lancer toutes tailles de nymphes et éviter une détérioration trop rapide du nylon.

    Quel que soit le type de bas de ligne choisi, l'indicateur fluo qui le termine est confectionné en 18/100 minimum afin d'être bien visible, nous détaillerons cet élément dans un deuxième article consacré au montage nymphe au fil. 

    Image
    pêche nymphe
    Légende
    Pêche à distance = bas de ligne de plus de 6m
    Image
    bas de ligne nymphe
    Légende
    3 façons de raccorder la soie à l'indicateur : une queue de rat, un bdl à noeud, un brin unique de nylon
    Texte

    En résumé :

    • plus un bas de ligne est court et conique et plus il est directionnel et facile d'utilisation 
    • plus la pêche est légère et lointaine, plus le bas de ligne doit être long et fin

    En pratique, l'avis de la rédaction sur le choix du bas de ligne :

    • pour débuter (tous milieux) : bas de ligne à noeuds ou queue de rat de maximum 6m pointe comprise
    • pêche courte et précise : idem
    • pêche en grande rivière avec des poids standard : long bas de ligne (minimum 6m pointe comprise) à noeud ou en monofilament
    • pêche discrète et ultra-light (bille de moins de 2.8 mm) dans tous types de milieux : long bas de ligne de plus de 6m pointe comprise avec un brin unique de nylon

    Astuce : Construire un bas de ligne à noeud progressif (longueur des brins croissante) permet de conserver la conicité tout en diminuant les brins les plus épais de façon à l'alléger et à minimiser son influence sur la dérive (voir la formule du bas de ligne "Expert" d'Eric Lelouvier).

    Texte

    Les exceptions : 

    Dans certaines déclinaisons de la nymphe au fil dîtes au "fil plaqué" à grandes distances (plus de 10m), on peut utiliser l'inertie de la soie pour lancer les nymphes (la taille de la bille n'excède pas 2.8mm dans ce cas). Ces approches sont particulièrement utiles pour peigner les grandes veines d'eau uniformes que l'on rencontre sur la Dordogne ou certaines rivières de l'Est de la France (Doubs, Loue...etc). La canne pourra être identique à une canne sèche grande rivière (de 9 à 10' pour une puissance de #3 à #5). Le montage comprend alors une soie adaptée à la canne suivi d'un bas de ligne dégressif classique ou en monofilament dans le cas de la technique "à la Roncari" (voir la vidéo ici pour découvrir la technique). La détection de la touche est assurer par un indicateur fluo posé sur la surface ou par l'extrémité de la soie dans le cas de la Roncari.

    Texte

    Comment obtenir la polyvalence ?

    Au vu de ce qui précède, plusieurs solutions s'offrent au pêcheur qui souhaite alterner sèche et nymphe : 

    • transporter deux cannes ou deux bobines de moulinet en action de pêche, chacune munie d'une soie et d'un bas de ligne spécifiquement dédiés à la nymphe au fil pour l'un (nylon uniquement ou soie ultra-fine + bas de ligne long), et à la sèche pour l'autre (soie standard + bas de ligne dégressif). C'est la solution optimale pour la qualité de la pêche !
    • utiliser une soie de numéro adaptée à la canne et lui adjoindre un bas de ligne "polyvalent", en choisissant un compromis au niveau de la longueur (la conicité étant indispensable pour espérer fouetter une sèche), soit environ 4m50 pointe comprise (3.20m sans la pointe) dans les rivières moyennes par exemple. Cela permet de ne modifier que la pointe lors du changement de technique (conserver le brin fluo n'est absolument pas gênant en sèche). C'est la solution la plus rapide et la plus adaptée aux plus fainéants d'entre nous. Voici la formule de notre auteur Lionel Ainard (un maître en matière de fainéantise à la pêche !) proposée dans son article matériel en eaux rapides :  

    Longueur (cm)  :  80 / 60 / 50 / 40 / 30 / 20 / 20 / 20          

    Diamètre (/100):  45 / 40 / 35 / 30 / 25 / 20 / 18 fluo 14 fluo

    • solution intermédiaire : utiliser une soie de numéro adaptée à la canne et lui adjoindre une base de bas de ligne dégressive d'environ 3m50 spécifiquement conçue pour la sèche et terminée par une micro-boucle. Il suffira d'y nouer la pointe pour bien pêcher en sèche. Pour passer en nymphe, à l'espagnole par exemple, on peut très bien attacher à cette micro-boucle plusieurs mètres de nylon fluo et la pointe afin de pêcher efficacement en nymphe sans que la soie lourde n'handicape la dérive. Au moment de repasser en sèche, on peut ranger cette portion de fluo sur un enrouleur en mousse que l'on conserve dans son gilet par exemple.
    Image
    pêche nymphe fil
    Légende
    Quand la rivière alterne lisses et courants, un matériel polyvalent permet de ne rien négliger
    Texte

    Les choix de l'expert, Eric Lelouvier, adepte des bas de ligne à noeuds : 

    • Bas de ligne "débutant" polyvalent sèche + nymphe (3m55 sans la pointe)

    Longueur (cm)  :  75 / 65 / 55 / 45 / 80 / 35

    Diamètre (/100):  45 / 40 / 35 / 30 / 25 / 20 fluo

    •  Bas de ligne "confirmé" (4m15 sans la pointe)

    Longueur (cm)  :  85 / 75 / 65 / 55 / 100 / 35

    Diamètre (/100):  45 / 40 / 35 / 30 / 25 /  20 fluo

    • Bas de ligne "expert" (5m25 sans la pointe)

    Longueur (cm)  :  100 / 110 / 120 / 160 / 35

    Diamètre (/100):   30  /  25  /  22  /  18  / 18 fluo

    Image
    pêche nymphe
    Texte

    Liens utiles :

    Comment choisir sa canne à nymphe : ici