Trout aréa : Le matériel et son utilisation

trout area

Comme je vous en parlais dans mon premier article introductif (ici), le Trout Aréa est avant tout une pêche en no-kill avec un équipement ultraligth. Ces deux considérations ont une importance capitale quant au matériel choisi, voici quelques pistes pour ne pas se tromper :

Texte

Les cannes :

Les cannes utilisées sont de petite taille. Elles doivent être maniables, légères et n’ont pas besoin de lancer loin. Leur plage de puissance se trouve entre 0,2 et 6 gr. Nous utiliserons généralement plusieurs cannes de puissances différentes comprises dans cette plage 0.2 - 6 gr. Les actions sont Moderate à Moderate Fast (je vous renvoie aux tests de cannes leurres publiés dans Truites & Cie pour faire votre choix). Certaines cannes seront plus spécifiquement dédiées au crank, quand d’autres seront destinées à l'animation de cuillères ondulantes.

Durant les phases où le poisson est très réactif, la priorité sera d’enchaîner un maximum de captures et de ne pas décrocher. J’utilise alors des cannes souples (action moderate) qui pardonneront mes erreurs pendant le combat. Lorsque le poisson s’éduque et devient difficile, la priorité est alors de détecter au mieux les rares touches. J’utiliserai à ce moment là des cannes sensibles et d’action plus fast.

Image
canne trout area
Texte

Lors des compétitions, le temps nous est compté. Les compétiteurs préfèrent changer de canne que de leurre. En plus du gain de temps occasionné, nous nous retrouvons avec une canne techniquement adaptée de façon optimale au leurre utilisé. J’ai pour habitude dans la pêche et ailleurs de préférer la qualité à la quantité. Mais là je fais une exception. A budget équivalant, je conseille d’acheter plusieurs cannes plutôt qu’une seule haut de gamme.

Image
moulinet trout area
Texte

Les moulinets :

Pour être adaptés aux cannes, des moulinets taille 1000 ou 2000 sont bien suffisants. Les animations doivent parfois être minimalistes et la récupération lente. Je conseille des moulinets avec de petits ratios. J’y associe un corps de ligne en nylon de 14/100 pendant les phases où le poisson est réactif puis quand il s’éduque, je passe en nanofillament de 6/100. En pointe, j’utilise un fluoro de 1m30 en 14, 12 ou 11/100 selon la difficulté de la pêche. La boîte de pêche, en plus de renfermer vos différents accessoires, devra porter vos cannes prêtes à l’emploi et les rendre facilement accessibles. La Mehio 7070 me convient très bien.

Image
ondulante
Texte

Les leurres :

Nous parlons ici du Trout Aréa Japon Style orthodoxe. Dans cette pratique, comme nous l’avons vu dans l’article l'introductif, les leurres souples et les cuillères tournantes sont complètement interdits. Les leurre sont armés d'hameçons simples sans ardillon. Petit avis personnel : plus je pratique cette pêche, plus j’approuve cette règle.

Les ondulantes doivent avoir une grande variété de tailles, de coloris et de formes pour permettre de faire face à toutes les situations. Quand le poisson est réactif, je favorise des cuillères de « grandes tailles » aux coloris flashy. Plus les poissons s’éduquent, plus je réduis la taille de mes ondulantes et je passe sur du coloris naturel.

Image
bouton aréa
Texte

J’utilise aussi les « boutons ». Ce sont de toutes petites cuillères ondulantes, extrêmement légères. Elles peuvent peser moins de 0,2 gr. Elles sont lisses pour imiter des granulés ou poilues pour imiter des insectes. Elles s’utilisent soit à la surface (ramenées assez vite), soit en pêche en verticale. Dans ce cas, je leur fait faire des sauts plus ou moins rapidement et plus moins amples sur le fond (bottom).

Les cranks doivent plonger plus ou moins rapidement et permettre de prospecter toutes les couches d’eau. Certains sont flottants, d’autres coulants (caractéristique qui peut faire la différence lors des stops). La pêche au crank est à elle seule l'objet d'une véritable passion ! La variété de tailles, d’actions, de nages, de formes, de coloris etc, lui donne un attrait fantastique. Les fabricants rivalisent d’imagination pour nous proposer des modèles plus originaux les uns que les autres.

Les pêcheurs utilisent aussi des lames pour pêcher dans les couches d’eau inférieures.

Image
cranks
Texte

La stratégie et les animations :

Tout l'art consiste à adapter votre pêche au comportement des poissons.

« La connaissance, la maitrise et bien-sûr la possession du matériel donne la possibilité de s’adapter à un maximum de situations » P. CONELL

La pêche se fait généralement à l’ondulante animée rapidement quand les poissons sont très actifs. Puis elle ralentit et se creuse, pour finir par se résumer à du slow fishing au crank ,quand les poissons ne réagissent plus. Il existe une multitude d'animations inventées et expérimentées par des maîtres japonais.

Pour schématiser :

A l'ondulante, je commence toujours par faire du lancer-ramener. Je me permets, sur les premiers lancers, de la faire tourner pour prendre tous les poissons très actifs. Puis au fur et à mesure, je ralentis et la fait onduler. Enfin, je prospecte les couches d’eau en commençant par la surface. Quand les poissons ne répondent plus, je stoppe mon ondulante sur le fond (souvent la touche intervient pendant cette phase immobile). Je lève ma canne et donne un tour de manivelle qui décolle la cuillère et en l’accompagnant, je la laisse retomber. Ainsi de suite... Ces deux animations sont celles qui me servent de base. Il en existe d’autres bien plus compliquées, telles que : le claqué de bouton (0,2gr/0,5gr) sur la surface de l’eau pour imiter un granulé qui tombe ou encore le roulé d'ondulante à la surface pendant quelques centimètres. Ce qui a pour effet de rassembler les poissons.

Au Crank, comme avec les ondulantes, j’adapte mes animations à la réactivité des truites. Je commence par du lancer-ramener rapide et au fur et à mesure, je ralentis ma pêche. Je passe après sur du stop and go pour finir par de longues phases de pause. Moins le poisson réagit, plus lente se fait ma pêche. Mais d’autres pêcheurs vous livreront des anecdotes qui viennent prouver le contraire ... Ah, la pêche…!

Texte

Particularité de la technique :

Le frein du moulinet n’est absolument pas serré. Pendant le combat, il s'agit de mouliner extrêmement rapidement mais le poisson, lui, se rapprochera de l’épuisette de façon lente et linéaire. Chaque fois qu’il essayera de prendre appui sur la ligne pour se décrocher, le moulinet lui rendra du fils et anéantira tous ses espoirs. La ligne reste en tension constante. Les rush et coups de têtes des poissons sont donc atténués par ce réglage. L’objectif est de minimiser les décroches. Attention les premières fois ça surprend ! "Ils moulinent dans la purée ces troutistes !!" ai-je pensé au début. Mais c’est d’une efficacité redoutable !

Texte

Le matériel est complexe et technique. Son utilisation bien que ludique peut être pointu. Attiré par la facilité apparente de cette pratique, le pêcheur pourra vite se former, apprendre et progresser. Le chemin est long avant de devenir un technicien confirmé. Mais qu’il est beau ce chemin. Chaque niveau apporte ses moments de joie, de réussite et d’amusement. Bon nombre de pêcheurs sont aussi « collectionleurre », j’avoue que j’en fais un peu parti. Dans le Trout Aréa, vous pourrez trouver une source inépuisable de jouets !

Puis, je me suis mis à la compétition… on en reparle bientôt !

Texte

Le groupe facebook  : ici

Evènement à venir :

meeting ta

 

A propos de l'auteur

Pêcheur depuis l’enfance comme bon nombre d’entre nous, Vincent a commencé par pêcher les vairons dans les rivières du plateau des milles vaches en culotte courte, à l’…