Comprendre les coups du soir en sèche

pêche mouche

Avec les bouleversements climatiques que nous subissons depuis quelques années, la fréquence des coups du soir et le moment de la saison où ceux-ci se produisent semblent de plus en plus difficiles à prévoir. La saison dernière en est un exemple significatif. Les eaux basses et les températures élevées fin avril/début mai ont favorisé des coups du soir précoces sur les grandes rivières du sud-ouest que je fréquente ; ainsi dès le printemps, nous avons assisté à de multiples et abondantes éclosions de sedge. Ces coups du soir précoces furent d’ailleurs les meilleurs de la saison car ensuite les températures furent trop extrêmes pour être compatibles avec une activité de surface régulière. Actuellement, les coups du soir ont tendance à être de plus-en-plus printaniers et non plus seulement réservés à la période estivale. Voici comment les aborder au mieux :

Texte

L'importance de l'anticipation

Afin de ne pas transformer une agréable soirée en crise de nerf, on se doit d’opter pour une préparation et une logistique scrupuleuses bien avant de poser ses waders dans le lit de la rivière. Au cours de la soirée, vous devrez pallier une visibilité déclinante au fil des minutes et une activité des poissons qui peut être fort brève, d’où l’intérêt d’une préparation minutieuse en amont. Conscient de ces contraintes particulières, pré-coup du soir et coup du soir s’organisent déjà à la maison en tentant d’anticiper la majorité des incidents susceptibles de perturber notre soirée. Cela passe en premier lieu par la préparation d'un matériel bien spécifique :

Le fait de posséder une lampe de poche ou une frontale dans l’antre de votre gilet vous permettra, dans les derniers instants de pêche, de pouvoir encore changer de mouche confortablement et aussi de regagner votre voiture en traversant la végétation envahissante des berges sans encombre. Ne démontez pas votre canne pour regagner la voiture car l’on peut perdre facilement une section dans les branches comme cela m’est arrivé avec ma Loomis NRX l'année dernière !

Image
pêche sèche
Texte

J’ai aussi pour habitude de sélectionner les mouches que j’utilise et de les enfiler sur un passe fil afin de pouvoir changer de modèle dans l’obscurité sans m'énerver ! Ce sont généralement des sedges, éphémères et aussi quelques spents qui garnissent mes boîtes. Attention, comme nous l'évoquerons ensuite, la période des coups du soir n’est pas forcément synonyme de sedge. Pensez à doter votre boîte d’imitations bien visibles, j’ai pour ma part pas mal de mouches parachutes dressées avec des toupets oranges ou blancs, afin que celles-ci restent le plus longtemps visibles dans l'obscurité.

Pour finir, ne partez jamais sans connaître l’heure jusqu'à laquelle la loi vous autorise à pêcher, l’euphorie de certaines soirées pouvant vous faire franchir la ligne rouge facilement. Pour éviter cela, je règle toujours l’alarme de mon téléphone ou de ma montre à l’heure fatidique où il faut malheureusement quitter le lit confortable de la rivière !

Image
pêche coup du soir
Texte

De la chaleur, mais sans excès

Généralement, lors des journées chaudes, les coups du soir sont l’occasion d’aller trouver un peu de fraîcheur sur les rives de nos rivières favorites à un moment où les salmonidés sont censés développer une activité soutenue. En soirée, la pénombre et la fraîcheur liées à la baisse de l’astre solaire favorisent les émergences ou retombées d"insectes, et donc, un possible regain d’activité des salmonidés. Les coups du soir se produisent généralement après une journée chaude et bien ensoleillée mais il arrive que ceux-ci se manifestent lors des soirées où le temps est lourd, favorisant les retombées de fourmis. La pêche sera alors très pointue !

A l'extrême, les périodes caniculaires ne sont pas forcément idéales en particulier sur les zones de piémont où la température de l’eau augmente rapidement au-delà du supportable pour les salmonidés présents. Les diverses espèces de mouches subissent aussi ces variations thermiques expliquant ainsi les faibles émergences que l’on constate parfois. Conséquence de l’accroissement et de l'anachronisme de ces phénomènes, les salmonidés adoptent des comportements alimentaires de plus en plus imprévisibles. La probabilité que les truites ne s’alimentent pas aux heures les plus fraîches devient de plus en plus récurrente car l'eau, elle, reste chaude sur les portions aval.

Prévoir ou anticiper la productivité d’un coup du soir est impossible : en effet toutes les conditions peuvent être réunies pour le moucheur mais pas forcément pour les truites. Nos cogitations pré-pêche ne sont pas forcément partagées par les salmonidés... Les coups du soir déçoivent souvent car ils ne produisent pas régulièrement des pics d'activité et restent totalement aléatoires. La stratégie de pêche devient encore plus capitale que d'habitude pour bénéficier au maximum des soirées fastes !

Image
pêche soir
Légende
En montagne, la fréquence de bons coups du soir est plus importante qu'en plaine
Texte

Le choix du poste

Il convient de choisir un parcours où les conditions seront les plus optimales pour opérer par faible luminosité tout en gardant un relatif confort de pêche. Comme toujours le choix du parcours se fera en prenant compte des conditions du moment et non pas de votre désir de prospecter telle ou telle rivière.

Au coup du soir, vous devez privilégier les secteurs assez dégagés, de façon à ce que notre mouche ait le moins de chance de croiser la route d’un obstacle et où nous pourrons progresser facilement en wading. Ce sont aussi les zones où la baisse de luminosité est la plus progressive. Il est pertinent de choisir un secteur où après la prise des premiers poissons, il est possible d'avancer vers d’autres gobages potentiels situés en amont. Après avoir ramené un ou deux poissons à l’épuisette, quoi de plus désagréable que de se retrouver déjà à la fin du poste et de devoir changer d’endroit alors que la nuit se rapproche très vite...

Le coup idyllique sera baigné par un courant moyen, assez peu profond, et pourvu d’une ripisylve peu abondante, comme c'est souvent le cas des fins de pool où la remontée du fond est progressive. Les salmonidés aiment se poster sur ces secteurs où la profondeur remonte au fur et à mesure que le courant s’accélère. Nous devrons également cibler les zones « entonnoir » où la densité d’insectes dérivants augmente sous l’effet des courants qui les regroupent. Les immenses pools sur lesquels on voit de nombreux moucheurs se poster pour les coups du soir ne sont bons que lors des éclosions massives... quand ce n’est pas le cas, la densité d’insectes dérivant est trop faible pour déclencher une grosse activité... 

La configuration du coup avec la présence d’une veine d’eau plus forte flirtant contre une berge désigne souvent un effet « entonnoir », celui-ci se confirme lorsqu’une majorité des débris végétaux et autres se retrouvent concentrés dans la même coulée. La probabilité d’avoir un coup du soir sur ce type de pool est beaucoup plus forte lorsque les émergences d’insectes sont relativement faibles.

J’aime pratiquer les coups du soir sur des grandes rivières pour chercher les gros poissons qu'elles contiennent, mais rien ne vous empêche d’aller sur une petit ou une moyen cours d'eau de montagne. La fréquence des coups du soir y est plus importante.

Image
Pêche coup du soir
Légende
Les fins de plats : le poste type en grande rivière
Texte

La stratégie de pêche

Après avoir ciblé un pool bien typé afin de vous positionner dans les meilleures conditions, il faudra opérer méthodiquement :

En arrivant dès que le soleil commence à décliner (vers 19h selon la saison), il se produit parfois un pré-coup du soir qui peut s’avérer être le moment le plus productif. La luminosité est encore importante, les contraintes sont ainsi moindres, ce qui facilite la capture des quelques poissons postés. Personnellement j’ai une grande affection pour les pré-coups du soir car j’aime cette pêche fine où le pêcheur se fait chasseur afin de trouver des truites secrètes. C’est aussi un moment où vous pouvez encore photographier vos prises avant de les remettre à l’eau sans pour autant qu’elles ressemblent à un poisson congelé sous l’effet du flash.

A partir de la fin mai et durant toute la période estivale, les fins de journée voient d’importantes éclosions d’ignita (BWO) qui déclenchent une activité de surface discrète. En fonction de leur abondance, quelques poissons entament une activité collée aux berges. La pêche de ces truites est passionnante dans des conditions encore lumineuses. L’activité des poissons sur ces insectes durera généralement une petite heure, après les truites les délaisseront pour porter leur attention sur les premiers sedges.

Les pré-coups du soir permettent de pêcher un peu plus longtemps à condition bien sur d'éviter les pools où vous comptez faire votre vrai coup du soir et ainsi d’y tremper vos waders inutilement. Cette mise en bouche est souvent délicieuse.

Image
Pêche mouche
Légende
Le pré-coup du soir : le moment favori de l'auteur
Texte

Vers 20h/20h30, allez vous poster sur le pool choisi, les premiers gobages que vous apercevrez seront la plupart du temps produits par de petits poissons, les grosses attendant une obscurité plus prononcée pour sortir. En début de coup du soir les salmonidés sont souvent fixés sur des éphémères qui laissent la place aux sedges lorsque la nuit approche. Quand les poissons se mettent soudain à refuser vos imitations d’éphémères (subimago et spent), optez immédiatement pour un sedge.

C’est le moment de profiter encore d’une luminosité acceptable pour changer de pointe. Augmentez votre diamètre de fil et fixez quelques sedges sur le patch de votre gilet en plus de celui au bout de votre ligne. Une pointe plus forte sera adaptée à la taille des sedges proposés tout en permettant un meilleur confort de pêche dans l’obscurité. Un bon 16, voir un 18/100 ne décourageront que rarement des poissons en activité à l’approche de la nuit !

Bonne pêche au coup du soir !

Image
pêche coup du soir

A propos de l'auteur

Originaire de Toulouse (l'accent ne trompe pas !), Lionel pêche exclusivement les salmonidés à la mouche (sèche et nymphe) dans tous les milieux qui en contiennent…