We Van You Fish

Lozère fly fishing tour (4/4) : le Bès et la Truyère

pêche Lozère Bes

Nous voici déjà à la fin de notre périple lozérien. La semaine initiée en vallée du Lot se termine à l'extrême nord du département, en Margeride. Christian Guimonnet qui a rejoint l'aventure la veille sur les bords de l'Allier, m'accompagne lors de cette ultime journée, ravi de retrouver une rivière chère à son coeur de baroudeur : le Bès.

Texte

Pour ce dernier réveil à bord du van, le lac de Charpal et son ambiance très canadienne annoncent une journée sous les meilleurs auspices. Le programme de Sébastien Cabane est dans la lignée de celui des jours précédents : intense et bien senti. Aurélien Perez, notre guide du jour, nous a donné rendez-vous à Nasbinals, rustique bourgade de l'Aubrac lozérien ayant conservé un certain caractère. Il souhaite nous faire découvrir la technique du Tenkara, sa spécialité. Aurélien ne s'est pas improvisé instructeur Tenkara en un claquement de doigts, il s'est personnellement rendu au Japon pour se former auprès des maîtres de la discipline. Ainsi, celui qui souhaite bénéficier de cette expérience se verra muni de la panoplie complète originale comprenant l'épuisette traditionnelle, les lignes et les mouches noyées spécifiques. Au delà de l'aspect technique, Aurélien vous apprendra la philosophie et l'esprit ludique qui caractérisent cette approche.

Au sortir de ce printemps humide, la Nature exubérante sublime les plateaux de l'Aubrac. Pour moi qui découvre littéralement cette région salmonicole, je suis d'emblée conquis. 

Image
pêche Lozère Bes
Légende
Le lac de Charpal
Image
pêche Lozère Bes
Légende
Le Bès près de Nasbinals
Image
pêche Lozère Bes
Texte

Le Bès, notre principal objectif du jour, est une rivière de plateau assez caillouteuse dans sa partie amont, typique de l'Aubrac. Les eaux couleur thé coulent sur un substrat très glissant (feutre obligatoire pour l'adepte du wading). Dans ce milieu acide, la croissance des truites est plutôt faible et la majorité des prises se situent entre 20 et 25 cm. Ces poissons sont très typés, plutôt fusiformes, très sombres, et fortement ponctués de noir. Nul doute que ce genre de milieu hostile ne laisse pas trop de chances aux poissons exogènes génétiquement inadaptés. En effet, en été, la rivière chauffe énormément et le développement d'une flore aquatique dense lui donne des allures bien éloignées de la rivière à truites conventionnelle. C'est en tout cas la description que m'en ont faite les différents guides de la Compagnie. Pourtant, les truites du Bès sont toujours de qualité et en nombre selon Christian, qui a déjà traîné ses waders dans le coin. Nous le vérifierons à nouveau bientôt.

Comme prévu je débute au Tenkara. Cette technique "sans moulinet" est parfaitement adaptée aux eaux du Bès printanier qui autorise une faible distance d'attaque des truites. En effet, cette déclinaison de la mouche est une pêche courte et rapide. L'acquisition de la précision nécessite un temps d'adaptation, mais une fois cette étape franchie, les coups de ligne s'enchaînent de façon fluide. Malheureusement, les truites du Bès ne me permettront pas de faire plier la canne spécifique prêtée par Aurélien pour l'occasion.

Image
pêche Lozère Bes
Image
pêche Tenkara Lozère
Image
pêche Lozère Bes
Légende
Aurélien Perez, guide tenkara de la Compagnie
Image
pêche Lozère Bes
Image
pêche Lozère Bes
Texte

Lorsque je retrouve Christian peu avant le déjeuner, je constate que mon ami n'a pas brillé non plus, malgré des tentatives diverses et variées. A midi, c'est le capot généralisé pour l'ensemble de l'équipe ! Logiquement, on s'oriente vers la case repas traditionnel en buron d'Aubrac, comme prévu sur le road-book. Le lieu choisi se situe dans un cadre splendide, au bord du lac de Born. Au menu : aligot et faux filet de vache locale race Aubrac. Je vous le confesse sans tarder, j'ai dégusté dans ce buron le meilleur faux filet que j'ai eu la chance de croiser dans ma vie. Une espèce de viande cosmique qui fond dans la bouche comme un sucre et vous laisse un puissant goût de reviens-y. Le genre de plat qui ferait flancher n'importe quel militant végan des plus obtus.

Image
pêche Lozère Bes
Image
pêche Lozère Bes
Texte

En début d'après-midi, l'ambiance est carrément chaude à 1000m d'altitude. Comme à l'accoutumée, les truites lozériennes passent à table à ce moment de la journée. Moi qui rêvais secrètement d'une dernière joute à l'ecdyo, je décide de forcer le destin en sèche mais cette tentative restera vaine, alors que Christian enchaîne les poissons enfin réveillés en nymphe. Je le sens très heureux de vérifier qu'ils sont toujours là, et à son goût : plein de caractère et de vigueur.

Image
pêche Lozère Bes
Image
truite Bès
Texte

Nous abandonnons presque à regret les truites du Bès en fin d'après midi. Un ultime coup du soir est prévu sur la Truyère, en compagnie de Damien Rochefort, avec qui nous aurons l'honneur de clore cette semaine de pêche. Nous le retrouvons devant sa boutique Aubrac Randonnée à Aumont d'Aubrac. Nous faisons alors connaissance avec ce charmant personnage, qui propose des guidages en nord Lozère sur les rivières du coin (Truyère, Rimeize et Bès) mais également en Finlande, lors de séjours pêche atypiques en canoë.

Vers Saint Alban, la Truyère présente un profil assez singulier : les eaux sont proches de celles du Bès mais le calibre de la rivière est bien plus important. Large d'une vingtaine de mètres, la Truyère possède une profondeur très variable, qu'il n'est pas évident d'appréhender dans ses eaux naturellement teintées. De longues sections de radiers à la granulométrie plutôt faible sont entrecoupées de plats parsemés de gobages pour l'occasion. Le court linéaire parcouru durant ces 2h de pêche nous aura quand même permis d'apprécier la diversité des postes qui se succèdent.

Pour ce coup du soir, et pour parfaire ma résolution du jour de pêcher absolument à l'envers, je me mets en nymphe au fil pendant que Christian fera goûter ses fameuses mouches sèches aux truites locales, bien attablées en surface. Un très beau poisson d'une trentaine de centimètres viendra quand même se pendre au bout de ma ligne et ravir nos regards d'esthète. Plutôt qu'un long discours, je vous propose de revivre ce coup du soir en image et en vidéo : 

Image
pêche Lozère Bes
Image
pêche Lozère Bes
Image
pêche Lozère Bes
Légende
Christian sous l'oeil bienveillant de Damien
Vidéo
Texte

A l'heure du bilan, je remercierai sincèrement mes amis et partenaires de la société Wevan qui nous ont prêté ce campervan aménagé. Cet outil s’est révélé parfait pour explorer le territoire lozérien en toute liberté : le Van permet de profiter pleinement des journées de pêche sans contrainte, d’autant que les aires de camping sont très bien réparties sur le territoire.

Un immense merci à toute l'équipe des guides de Lozère et au Comité de Tourisme pour leur fantastique accueil et leur professionnalisme impressionnant. On s'est délectés des produits locaux, on a rencontré une équipe de passionnés d'une gentillesse incroyable et on a même pris des truites, souvent en sèche tels des gentlemen !

A titre personnel, ce séjour a été une expérience exceptionnelle pour l’amoureux des territoires salmonicoles qui m’anime, autant pour pêcher que pour y faire bonne chère ! En tant que pêcheur de truite, c’est la diversité qui est sans doute le caractère le plus marquant de ce département. Diversité des paysages entre les hauts plateaux du Mont Lozère et la verdoyante Vallée du Lot. Diversité des truites entre les grosses zébrées des Gorges du Tarn (que nous n'avons pas eu la chance de croiser !) et les noiraudes de l’Aubrac. Enfin, diversité du réseau hydrographique qui s’offre à nous : des grands pools du Tarn aux cascades de l’Altier en passant par le Lac de Villefort, il y en a vraiment pour tous les goûts ! Ainsi, que l’on soit pêcheur au toc, aux leurres ou à la mouche, il est possible de trouver son bonheur en Lozère. Evidemment, l’importance et la régularité des éclosions d’insectes aquatiques (surtout à la fin du printemps), qui deviennent tellement rares en France, en font un terrain de choix pour le pêcheur à la mouche sèche. On peut y voir là un signe irréfutable de la bonne santé de ces biotopes aquatiques, encore relativement épargnés des atteintes modernes que sont l’agrochimie et l’hydroélectricité. Puisse la Lozère faire longtemps figure d’exemple en terme de développement agricole et touristique, condition sine qua none pour l’épanouissement de cette espèce patrimoniale qu’est la truite fario sauvage… En tout cas, à l’heure où je me remémore ce périple, le bonheur est assurément en Lozère !

Texte

Les protagonistes :

Aurélien Perez

(+33) 06.41.03.34.18

https://www.lozere-tenkara.com/

Damien Rochefort

(+33) 06.20.06.05.66

http://www.aubrac-randonnee.com/

Les autres volets du Lozère Fishing Tour :

Pêche Lozère

 

En bonus les vidéos de l'aventure :

Vidéo
Vidéo
Vidéo

A propos de l'auteur

Simon est né dans le département du Gers et a découvert la pêche à l'âge de 10 ans. Bien qu'initialement éloigné des rivières pyrénéennes qui lui sont chères…